Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Divers concours d'écriture...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4073
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Divers concours d'écriture...   Mar 24 Jan 2017, 14:50

La photo choisie :


(Source : Wikimedia.commons)



Liste des mots à utiliser : Maîtresse, Morale, Patriote, Pauvre, En région, Race, Bonne, Vol, Voyou, Abruti.


Un thème à traiter : le genre comique



Mon texte


AIMÉE - (S’excitant toute seule devant la porte-fenêtre) Charles, pouvez-vous me dire quelle est cette horreur qui trône au beau  milieu de notre cour ?

CHARLES - (Ne quittant pas son journal des yeux) C’est une voiture ma toute douce ! (Petit sourire en coin) Quatre roues, un volant…

AIMÉE - (Tournant son visage vers son mari, l’air furieux) Prenez-moi pour une demeurée ! Je le vois bien qu’il s’agit d’une voiture ! Mais que fait ce tacot chez nous ? Est-ce celui de cet abruti de jardinier ? Celui-ci, il est tellement alcoolisé dès qu’il arrive le matin qu’il a taillé les buis en forme d’étrons ! (Faisant le geste mimant la forme) D’étrons ! Non mais je vous demande un peu ! Nous allons être la risée de nos voisins ! Vous lui demanderez d’ôter cette… (montrant la voiture d’un doigt rageur) chose qui nuit au paysage.

CHARLES - C’est pourtant une bonne voiture. Qu’avez-vous à lui reprocher ?

AIMÉE - Perdez-vous la tête ? Ce taudis va nous mettre de l’huile partout ! Que ce voyou la retire sur le champ !

CHARLES - (Posant son journal et soupirant) Je vous trouve bien sévère, Aimée. La 2 CV, plus communément appelée « Dodoche », est une voiture populaire. On en voit partout en ce moment. C’est plutôt pratique pour circuler en région.

AIMÉE - « Dodoche »… Voyez-vous ça ! (yeux au ciel) Quel sobriquet ! « Dodoche »… Et pourquoi pas « Nunuche » ou « Cocotte » tant que vous y êtes ! Mon pauvre ami ! (s’énervant et prenant la pose des grandes tragédiennes) Vous me décevez Charles de Saint-Vergne ! Je vous croyais de la race des battants, des nobles, des… des… oh, je ne trouve même plus mes mots ! Et vous vous rabaissez ainsi à ce qu’aime la populace… Auriez-vous subi inopinément le vol de vos neurones ?

CHARLES - Ne soyez pas désobligeante ! Cela ne sied pas à votre rang ! Et la morale m’interdit de répliquer. Êtes-vous patriote ?

AIMÉE - (Éberluée) Je vous demande pardon ?

CHARLES - Vous m’avez bien entendu ! Répondez à ma question.

AIMÉE - Oui, bien entendu. Mais  quel est le rapport ?

CHARLES - Le rapport, très chère, est que cette voiture l’est aussi. C’est une voiture française, robuste comme une maîtresse femme, s’adaptant à toutes les situations comme nous… Bref, en peu de mots, c’est la nôtre !

AIMÉE - (Manquant défaillir) La… la… nôtre ? C’est une image n’est-ce pas ? (Hystérique) Charles, répondez-moi ! Cette chose répugnante n’est pas à nous ! Où est la Bentley ?

CHARLES - Vendue !

AIMÉE - (S’asseyant avant de faire un malaise) Ven… vendue ? Seriez-vous devenu fou ?

CHARLES - Non, Aimée, pas fou, juste lucide. J’en ai assez de cette vie étriquée, de toutes ces mondanités, ces hypocrisies. J’ai besoin d’autre chose, d’aventures, de grands espaces.

AIMÉE - (Voix terne) De grands espaces ? Notre parc ne vous suffit donc plus ? Et vous allez donc conquérir le monde avec votre (mine dégoûtée) « To-to-che » ?

CHARLES - « Dodoche », Aimée, « Dodoche »… (s’enflammant) Partons ma chère ! Nous irons là où le vent nous mènera, nous dormirons chez l’habitant ou à la belle étoile, nous pêcherons dans les ruisseaux, nous… (Une porte claque). Aimée ?


Lydia

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4073
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Divers concours d'écriture...   Mar 24 Jan 2017, 14:54

Comme d’habitude, nous avions 5 images (facultatives), un thème (le saut) et 10 mots à insérer obligatoirement : Tromperie, Ridicule, Excitation, Anxiété, Pourquoi, Bancal, Tenace, Ange, Endorphine, Mort.

Je n’ai pas retenu les images. Voici mon texte (je n’étais pas du tout inspirée… C’est vraiment histoire de dire que j’ai participé). Vous y retrouverez, pour certains, des personnages que vous connaissez ! En revanche, vous ne trouverez pas ce texte dans mon livre  .




Gottfried usait depuis quelque temps d’un stratagème un peu bancal pour rendre visite à sa douce Helda. Il profitait que sa mère, Frénégonde, Dame Apothicaire, soit occupée avec des clientes pour lui annoncer avec la rapidité frisant la vitesse de la lumière qu’il allait au jardinet cueillir des Simples pour les différentes potions. En son for intérieur, il se disait bien que c’était ridicule, que c’était tromperie vis-à-vis de sa génitrice adorée, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’agir ainsi. Pourquoi ? Pourquoi ne pas le dire à celle qui le couvait comme poussin dans poulailler ? Il ne le savait pas lui-même. Voir ainsi sa belle en se cachant lui occasionnait de l’anxiété (si Frénégonde venait à le savoir… il l’entendait d’ici hululer !) et de l’excitation. Son taux d’endorphine était à son paroxysme dès qu’il voyait son ange près de la murette, entre les calendulas et les pivoines. Oh, ils ne faisaient rien de mal ! L’entrevue furtive se limitait à quelques paroles échangées, main dans la main, un sourire illuminant leurs visages.

Ce jour-là, pourtant, Helda prit un ton plus sérieux qu’à l’accoutumée :

– Gott, quand donc te décideras-tu à lui en parler ?

– J’attends le bon moment, ma douce. Je ne veux pas la brusquer. Tu sais bien que depuis la mort de Père, elle n’a que moi dans sa vie.

– Mais je suis sûre qu’elle comprendrait. Tu es en âge à présent de fonder ta famille. Tu es apothicaire, tu gagnes ta pitance. Plus rien ne t’empêche donc de sauter le pas.

-Tu la connais aussi bien que moi et j’ai peur de sa réaction. Imagine un peu qu’elle refuse ! Toute ma vie s’écroulerait.

– Gott, tu dis n’importe quoi ! Ta mère t’aime plus que tout au monde. Comment veux-tu qu’elle te rende malheureux ? Oui, je sais bien qu’elle peut paraître bourrue au premier abord avec son caractère tenace. Mais elle a le cœur sur la main.

– Tu as raison, ma mie, comme d’habitude. Je vais essayer de lui parler dès ce soir.

– N’attends pas trop, Gott, on ne sait jamais ce qu’il pourrait arriver…

– Je te le promets.

Gottfried rejoignit l’échoppe. Toutes ses pensées étaient prises par cette annonce qu’il ne se décidait pas à faire. Il aimait Helda par-dessus tout, mais était timide dès qu’il était question de sentiments. En parler à sa mère, aller ensuite demander sa main à Hortensia… Tout ceci mettait sa pudeur à nu. Il lui fallait pourtant faire le grand saut !

– Alors, mon fils, ces Simples, elles arrivent ?

Frénégonde le scrutait, un sourire jusqu’aux oreilles ! Penaud, il regardait ses chausses, ne sachant que dire… Les Simples… Il les avait tout bêtement oubliées ! La Dame apothicaire éclata de rire devant l’air benêt de son rejeton.

– La prochaine fois, cueille-les avant !

Lui faisant un clin d’œil, elle le laissa ainsi, dépité, et alla servir une cliente…


Lydia

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Divers concours d'écriture...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Petit salon littéraire :: Concours d'écriture-
Sauter vers: