Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Maladie et la Foi au Moyen Âge - Lydia Bonnaventure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: La Maladie et la Foi au Moyen Âge - Lydia Bonnaventure   Dim 23 Aoû 2015, 16:42

Comme on n'est jamais mieux servi(e) que par soi-même :



La Louve Editions



Au Moyen Âge, la foi est omniprésente. On aime Dieu mais on le craint, on vénère la Vierge, les saints, on croit au pouvoir des reliques... De ce point de vue, la maladie est punition du pécheur, la guérison est récompense ou miséricorde. Tout dépend de Dieu. Nul mieux que Gautier de Coinci n’a su le montrer : dans ses Miracles, il a évoqué cela avec un tel talent qu’il a marqué les esprits. Son style frappe, dérange. Son message passe par les images, par les mots crus, par ses propres interventions. De la sorte, ses Miracles de Nostre Dame ne sont pas seulement une œuvre littéraire majeure du Moyen Âge. Ils constituent aussi une source étonnante sur la maladie aux XII° et XIII° siècles et sur le sens que la religion donnait alors à ces étranges dérèglements du corps : on verra ici que la maladie faisait l’objet d’une véritable appropriation par l’Église, laquelle, sciemment ou non, profitait de la peur engendrée pour transmettre ses messages moralisateurs.


_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).


Dernière édition par Lydia le Dim 18 Sep 2016, 17:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
MichèleP

avatar

Féminin Messages : 2
Localisation : Paris
Emploi : auteure
Date d'inscription : 25/08/2015

MessageSujet: Re: La Maladie et la Foi au Moyen Âge - Lydia Bonnaventure   Mar 25 Aoû 2015, 16:23

ll se trouve que j'ai lu en même temps « La maladie et la Foi au Moyen Age», de Lydia Bonnaventure et «La légende de la mort » (en Bretagne) d'Antoine le Braz (sur la recommandation de Couperine - alias Lydia B - sur Babélio) et j'ai été frappée par les similitudes entre les deux ouvrages : même misère impuissante devant la maladie et la mort, même ignorance, même foi, seule l'intervention de forces surnaturelles pouvant sauver le malade. C'est peut-être l'évocation de ce monde de condamnés qui m'a le plus émue. Monde que l'on retrouve dans « La princesse de Clèves » où tout le monde meurt en pleine jeunesse, plus près de nous, dans « Les Thibault » de Roger Martin du Gard où Antoine Thibault est démuni devant ses malades à l'agonie, toute une souffrance qui modelait les hommes d'une façon dont l'Occident européen du XXI° siècle n'a plus idée.
C'est que « La maladie et la Foi » se situe au Moyen Age, au début du XIIIème siècle et dans une perspective hagiographique, celle des « Miracles de Notre Dame » du poète Gautier de Coinci, un moine qui finira sa vie comme Grand Prieur de Saint-Médard de Soissons. Or les « Miracles » font une très large part à la maladie, les guérisons spontanées étant toujours considérées comme miraculeuses.
Lydia Bonnaventure distingue deux types de maladies, celles survenant au cours d'une épidémie, et qui sont une épreuve pour les croyants sincères et celles envoyées comme punition divine. Les deux maladies reconnaissables dans les « Miracles … » sont la lèpre et le « mal des ardents », dû à une moisissure de l'ergot de seigle et dont les formes hallucinatoires ont été connues à Salem (le mal des fameuses sorcières) et plus près de nous, il y a une cinquantaine d'années dans le petit village de Pont-Saint-Esprit. En fait, les maladies décrites se ressemblent beaucoup, l'ergotisme apparaissant souvent ici sous sa forme gangréneuse. Les descriptions de quelques vers en sont toujours frappantes : « Une partie de son visage était si vide à cause du feu d'enfer, de sa grande violence, qu'elle n'avait point de visage, ni nez, ni bouche » (p. 30), «Son corps souffrait le martyre. Sa jambe et son pied avaient pourri … il puait tant que sa puanteur tuait les gens » (p. 60) L'ergotisme convulsif peut, d'autre part, se confondre avec certaines formes d'épilepsie. En fait, la classification des maladies, pour un homme du XIIIème siècle, est aussi floue qu'ignorés les moyens de sa guérison. Dans un appendice, L.B. évoque d'autres maladies de l'époque, comme la peste et les écrouelles, qui, dit-elle, n'apparaissent pas chez Gauthier.
La maladie atteint toutes les classes sociales, tous les âges, les deux sexes, croyants et « impies » (le Moyen Age ne brillant pas par sa tolérance, les juifs ne seront pas guéris) et pour lutter contre elle, il n'y a qu'une seule arme, celle d'une foi sans faille, d'une confiance absolue dans la Vierge Marie, gage d'une guérison spectaculaire.
L'oeuvre se poursuit par une excellente partie plus stylistique, portant sur la description des maladies (complaisance et subjectivité) et revient ensuite à l'anthropologie par l'étude des types de guérisons, châtiments et rédemption.
Au total, un livre passionnant, issu d'une recherche universitaire, érudit, mais présenté avec tant de simplicité et de clarté qu'il peut s'adresser à un très large public intéressé par les religions, l'histoire de la maladie, le Moyen Age ou même par la découverte d'un grand poète, dont les nombreuses citations en ancien français, suivies traductions, montrent bien le talent d'écriture, par ces croquis qui font penser à Jérôme Bosch ou à Jacques Callot.
Ah ! si toutes les thèses étaient aussi intéressantes !
Revenir en haut Aller en bas
https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Michèle_Perret&di
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: La Maladie et la Foi au Moyen Âge - Lydia Bonnaventure   Mar 25 Aoû 2015, 16:26

Un grand merci Michèle ! Ça me touche beaucoup tu sais !

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: La Maladie et la Foi au Moyen Âge - Lydia Bonnaventure   Jeu 14 Juil 2016, 12:44

Petit moment de gloire : je viens de découvrir (mieux vaut tard que jamais) que j'étais dans la bibliographie 2011 de l'Université de Dayton (USA), dans celle du bulletin n°3, avril 2012, de la Sorbonne et que mon site était même répertorié en Suisse, dans une grande école, le CEC André-Chavannes.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
La Maladie et la Foi au Moyen Âge - Lydia Bonnaventure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Petit salon littéraire :: Nos livres-
Sauter vers: