Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alexis S.Z [XXe-XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4627
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Alexis S.Z [XXe-XXIe s]   Dim 05 Fév 2017, 16:40





Quatrième de couverture :
 
 
 
En 2100 sur les routes de l’hexagone, l’imprévu est toujours au rendez-vous pour les petits fugueurs. Pour le meilleur comme pour le pire...
 
Moi L’indien conte les (més)aventures Émilie et Benjamin, deux enfants d'une douzaine d'années perdus dans le monde des grands. De rencontres en courses-poursuites, d’espoirs en abîmes, les deux enfants poursuivront une ambition folle, un rêve qu'il n’est pas permis d’avoir.
 
Partie I, Les enfants de l’an 2100 :
 
Benjamin le parisien profite de la nuit pour faire les quatre cents coups. Émilie la provinciale s'ennuie ferme face à une mère qui la délaisse. En eux gronde une colère risquant de s’embraser pour ne plus jamais s’éteindre. Pourtant, les enfants vivent loin l’un de l’autre et ne se connaissent pas. Rien ne semble les prédestiner à se rencontrer. A moins que le hasard, ou bien un ange, n’en décide autrement...
 
 
 
 
 
Mon avis :
 
 
Lorsque l'auteur m'a contactée pour me faire lire son livre, je n'ai pas décliné l'offre. D'abord parce que je refuse rarement une lecture, ensuite parce que j'aimerais bien, si je le demandais, qu'on me rende la pareille. Je précise qu'il s'agit ici d'un e-book. Je déteste habituellement lire sur mon écran d'ordinateur, mais un engagement est un engagement... Et ceci dit, je n'ai finalement pas vu passer les quelques 331 pages. On prend un réel plaisir à suivre les aventures de ces deux personnages auxquels on s'attache. Et pour cause... Malmenés par la vie, enfin, par leurs parents, ils décident de fuir. Ils ne sont pas bien âgés mais ils très matures pour n'avoir que douze ans. Alcool, sexe, violence... ils connaissent déjà !
 
Ces deux gamins sont complémentaires. Ils ne se connaissent pas, on suit leur histoire par chapitres interposés. Émilie a un frère, Brian. Lorsqu'elle en parle, ce n'est vraiment pas en sa faveur. Il porte "un prénom à la con" selon elle, ce qui résume tout. Leur mère, seule, fait partie de ces bonnes femmes qui passent leur journée à la recherche du mâle. De son côté, Benjamin a une soeur au doux prénom de Zéphir. Une petite merveille selon lui. Le père est alcoolique ; la mère, une loque. Ils passent leur temps à regarder la télé et à éviter l'assistante sociale qui leur rend visite fréquemment. Avec de telles vies, on peut comprendre que les deux personnages principaux aient envie de voir ailleurs. Rien ne les rattache à leurs lieux de vie. Tout commence par deux catastrophes : d'un côté, la noyade d'Émilie, sauvée de justesse par un pêcheur. De l'autre, le cyclone Christina, emportant à des kilomètres Benjamin. Dans le premier cas, Laurence, la mère, se réjouit d'amener Émilie chez son père qui va lui mettre une sacrée correction. De l'autre, c'est l'assistante sociale qui est bien contente de pouvoir enfin arracher Benjamin et sa soeur à leurs parents. Le jeune garçon s'enfuit lors du transfert par la police. La jeune fille, déçue finalement que son père ne s'occupe pas d'elle, met le feu aux rideaux pour avoir un motif de départ. Et voilà ces deux-là sur la route, à la recherche d'un bonheur, de leur bonheur... Je m'arrête là pour ne pas tout dévoiler.
 
Comme je le disais au départ, le texte se lit très facilement. Le style est fluide. Les phrases sont courtes, ce qui paraît logique puisque la parole est souvent donnée aux deux enfants. Le vocabulaire, quoique courant, est saupoudré de quelques vulgarités qui peuvent choquer dans la bouche d'enfants de douze ans mais certainement pas dans celle de gamins livrés à eux-mêmes. Et puis, pas d'hypocrisie, il suffit d'écouter les enfants dans la rue pour savoir que l'innocence s'arrête souvent à l'école maternelle. Dès la primaire, ils sont capables de sortir des horreurs que l'on n'imagine même pas.
 
Un petit bémol (il faut bien en trouver un !) : je m'attendais à un roman de science-fiction en voyant le titre. Pourtant, je n'ai pas trouvé grand chose de tout cela. Tous les éléments ou presque appartiennent bien à notre monde. En même temps, vous me direz, 2100 n'est que dans 87 ans, pas de quoi fouetter un chat...
 
 
 
Si ce livre vous intéresse, il est en téléchargement. Cliquez ici.
 
 
 

Extrait :
 
(Chapitre 22 – Benjamin : retour aux ombres)
 
 
Quand on a l’esprit à l’évasion, un étrange mécanisme opère en soi. Presque sans qu’on le veuille, on se met à repérer toutes les portes de sortie. Les trappes, les fenêtres, mêmes les tuyaux d’aération. Mes yeux passent en haut, en bas, à gauche, à droite, Zéphir croit que mes yeux suivent des mouches et se dévisse la caboche pour essayer de les voir. Je crois pas qu’on ait fait très bonne impression dans le bureau du juge. Ce soir, Zèph’ et moi on passe notre dernière nuit ensemble. Au petit matin, je ne serai plus là. L’assistante n’a pas mis la phrase demandée, simplement « tempérament fugueur ».
 
Du coup deux flics sont chargés de surveiller mes mouvements. Un dans la rue, l’autre dans le salon. Si, dans le salon ! Pourquoi pas dans mon lit tant qu’on y est.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Alexis S.Z [XXe-XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: