Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jules Supervielle [XXe s ; France-Uruguay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4627
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Jules Supervielle [XXe s ; France-Uruguay]   Dim 05 Fév 2017, 17:20



N'étant pas une grande amatrice de poésie, c'est au Supervielle romancier, conteur, que je m'intéresse ici. Car il faut dire que ce texte a de quoi dérouter. L'histoire est simple : Un couple n'a pas pu avoir d'enfants. Il s'agit du Colonel Philémon Bigua et de sa femme, Desposoria. Alors plutôt que d'entamer de longues procédures d'adoption, Monsieur pare au plus pressé : il vole les enfants. Mais pas n'importe lesquels : les malheureux. C'est ainsi que le jeune Antoine, sept ans, sera arraché, à la sortie d'un magasin, aux mains de la Bonne qui l'accompagnait. Le Colonel se plaît à raconter à ses petits protégés ses exploits, son pays natal (l'Amérique du Sud). Il agit en père. Cependant, les Bigua ne voudraient pas repartir chez eux sans une fille. Ce sera le début de leur perte...
 
Le rythme narratif est haletant. Le lecteur ne s'ennuie pas une seule seconde. Bien plus, il adhère à l'histoire vue à travers le narrateur. On ressent la tension interne au récit. On suit la progression du petit Antoine qui, de passif, se prendra en charge afin d'aller vers son indépendance et se retirer de la famille Bigua. On passe de ce que l'on croyait être un conte à une tragédie en bonne et due forme...
 
Du grand art !
 
 

 
Extrait :
 
 
 
Antoine a sept ans, peut-être huit. Il sort d'un grand magasin, entièrement habillé de neuf, comme pour affronter une vie nouvelle. Mais pour l'instant, il est encore un enfant qui donne la main à sa bonne, boulevard Haussmann. Il n'est pas grand et ne voit devant lui que des jambes d'hommes et des jupes très affairées. Sur la chaussée, des centaines de roues qui tournent ou s'arrêtent aux pieds d'un agent âpre comme un rocher. Avant de traverser la rue du Havre, l'enfant remarque, à un kiosque de journaux, un énorme pied de footballeur qui lance le ballon dans des « buts » inconnus. Pendant qu'il regarde fixement la page de l'illustré, Antoine a l'impression qu'on le sépare violemment de sa bonne. Cette grosse main à bague noire et or qui lui frôla l'oreille ? L'enfant est entraîné dans un remous de passants. Une jupe violette, un pantalon à raies, une soutane, des jambes crottées de terrassier, et par terre une boue déchirée par des milliers de pieds. C'est tout ce qu'il voit. Amputé de sa bonne, il se sent rougir. Colère d'avoir à reconnaître son impuissance dans la foule, fierté refoulée d'habitude et qui lui saute au visage ? Il lève la tête. Des visages indifférents ou tragiques. De rares paroles entendues n'ayant aucun rapport avec celles des passants qui suivent : voilà d'où vient la nostalgie de la rue. Au milieu du bruit, l'enfant croit entendre le lugubre appel de sa bonne : « Antoine ! » La voix lui arrive déchiquetée comme par d'invisibles ronces. Elle semble venir de derrière lui. Il rebrousse chemin, mais ne répond pas. Et toujours le bruit confus de la rue, ce bruit qui cherche en vain son unité parmi des milliers d'aspirations différentes. Antoine trouve humiliant d'avoir perdu sa bonne et ne veut pas que les passants s'en aperçoivent. Il saura bien la retrouver tout seul. Il marche maintenant du côté de la rue de Provence, gardant dans sa paume le souvenir de la pression d'une main chère et rugueuse dont les aspérités semblaient faites pour mieux tenir les doigts légers d'un enfant.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Jules Supervielle [XXe s ; France-Uruguay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: