Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Patricia Pattyn [XXe-XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4276
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Patricia Pattyn [XXe-XXIe s]   Sam 01 Avr 2017, 16:53





On ne ressort pas indemne de ce livre. Comment l'être humain peut-il parfois devenir un tel animal pour laisser ainsi libre cours à ses pulsions sur des enfants, sur une femme ? L'inceste, la violence, l'horreur absolue sont vécus au quotidien par cette jeune fratrie. Violée dès son plus jeune âge par son père, Patricia pensait être tranquille à la mort de celui-ci (mort provoquée par la mère, seul acte héroïque qu'elle ait pu faire). Mais c'était sans compter sur le fait que sa mère retombe entre les pattes d'un être pervers, un sadique épris de sexe et de violence. L'homme à la moto, qui les traque, elle, sa sœur et ses frères, sans discontinuer... Le maquereau qui "offre" à son frère handicapé une de ses belles-filles, Marie-Claire, pauvre gamine sans défense... Le bourreau qui demande à Patricia de tenir un seau sous la gorge de son frère Pierre pendant qu'il le saignerait comme un pourceau... L'animal qui se déchaîne sur sa "femme" dont les plaies sanguinolentes ne forment plus qu'une. Le sadique qui se repaît chaque jour de ses actes de plus en plus atroces... Bref, tout ceci en un seul "homme" qui - excusez la violence de mes propos - ne mérite pas de vivre...

Ce roman autobiographique est un des plus violents que j'ai pu lire jusqu'à présent. J'ai eu la nausée à chaque page, espérant que tout ceci allait vite finir pour cette gamine, que le médecin allait dénoncer le violeur et que tout finirait. Mais non... Tout le monde ferme les yeux dans ce cas-là. Comme si cette famille était transparente, n'existait pas aux yeux des autres. On en arrive à se demander comment Patricia a pu tenir, comment elle n'a pas succombé à tous les sévices infligés. Car la famille n'est pas la seule en cause. Lorsqu'elle se retrouvera placée en centre, elle devra également subir la violence, les outrages. Et lorsque la famille d'accueil se retrouve être, ponctuellement, l'oncle maternel, celui-ci, comme s'il était atteint d'une tare génétique, continuera ce travail de destruction qui a été commencé.

Ce témoignage est à la fois horrible et utile. Les faits ont beau se dérouler dans les années 50, il ne faut pas oublier que ce genre de torture est toujours d'actualité et qu'il faut la combattre avec acharnement. Les Patricia, Pierre, Roger, Jean-Marie ou Marie-Claire ne sont encore que trop  nombreux...





Extrait :

J'ai six ans. Nous avons si faim, si froid, si peur. Le sang de maman coule dans un petit pot que nous allons vider dans la mare. Il la frappe. Le coup est parti sur son front, le visage de maman se couvre d'un rideau rouge. Je me jette sur elle, il frappe encore, il va la tuer. Non. Il envoie mon frère chercher le médecin. Il s'amuse. Nous avons tant prié pour qu'un voisin entende un jour notre douleur. Personne n'est jamais venu. Le médecin nous aidera, il verra la cabane sans eau, sans lumière, avec le pauvre poêle donnant un peu de chaleur, il verra maman et ses blessures... Il verra nos yeux, il le verra lui, et comprendra. Mais en deux mots, il a menacé le docteur. Qui a recousu maman et son crâne ouvert. Qui est reparti la tête basse, très vite. Il est revenu le médecin : je saignais tant et tant de ses coups de botte et de ses coups de boutoir qu'il fallait, moi aussi, me recoudre. Là. Et le médecin allait voir : dans ma honte pétrifiante, dans mon corps déchiré, il allait voir que des enfants subissaient des choses inqualifiables... Il m'a vue, recousue, et n'a rien dit. Bien sûr. Nous sommes tous souillés, nous sommes tous avilis, nous n'avons plus rien que notre honte, il n'a pas voulu de nous, de notre horreur, de notre cauchemar. Il a dû fouiller son imagination pour mettre des mots propres et apaisants sur ce qu'il venait de voir. Et vite hausser les épaules.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Patricia Pattyn [XXe-XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: