Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bernard Nuss [XXe-XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4624
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Bernard Nuss [XXe-XXIe s]   Sam 01 Avr 2017, 18:57





Quatrième de couverture :


Ce groupe d’amis devait passer quelques jours de rêve dans ce chalet loin de tout. Mais deux forcenés en ont décidé autrement. Un Paradis qui tourne au huis-clos sanglant.
Et bientôt, les tensions apparaissent, les secrets ressortent, la violence monte, les caractères se révèlent dans ce qu’ils ont de plus sordide. Hommes, femmes, enfants, tous les habitants du chalet sont emportés dans une spirale de veulerie et de cruauté. Jusqu’où ira leur descente aux enfers ? Même l’auteur, personnage ridicule et aussi lâche que les autres, et qui croyait tirer les ficelles, se retrouve trahi par les acteurs de son histoire. Jusqu’au dénouement, aussi surprenant que jubilatoire.




Mon avis :


Un véritable tour de force... voilà les premiers mots qui me viennent en tête après avoir fermé ce roman. Je n’étais guère optimiste à la lecture des premières pages. Je m’explique: je ne suis pas une fervente admiratrice des histoires imbriquées qui me rappellent le système du Nouveau Roman - que j’évite le plus possible. Et là, horreur ! Je découvre que non seulement on a affaire à l’histoire des personnages et à celle de l’Auteur, mais qu’en plus Bernard Nuss a poussé le vice jusqu’à supprimer toute forme de ponctuation lorsqu’on rentre dans la pensée du narrateur. Je me voyais déjà abandonner ce livre au bout d’une vingtaine de pages.

Et pourtant... j’y ai mis le nez et n’en suis pas sortie. Certes, il y a bien quelques longueurs et des passages sanglants à en faire pâlir un réalisateur de films d’horreur. Mais l’histoire, ou plutôt les histoires, sont bien menées. A tel point, que le suspens a pris le dessus sur toutes les appréhensions que j’avais. Le style est simple, clair et, au final, on suit les histoires assez facilement. Quant à la chute - car cela ressemble bien à une chute - , elle est digne des meilleures nouvelles.


Merci aux Éditions du Verger pour ce partenariat.






Extrait :


CLAUDON et VIRY sont arrivés au refuge du Clairmont peu avant la tombée de la nuit, après avoir marché toute la journée et une partie de la nuit précédente. Ils avaient en effet tué les deux chasseurs vers minuit, au mirador n°15 de la chasse du comte de Lazelle, s’emparant d’un fusil, d’un revolver et de munitions. Nous ignorons toujours comment ils ont réussi à arriver à cet endroit après leur fuite de l’asile psychiatrique de Ruvergne.

Leur accoutrement, leurs manières bizarres et leurs explications peu crédibles ont naturellement intrigué les occupants du Clairmont. Ceux-ci ont néanmoins décidé de les héberger pour la nuit. Compte tenu des conditions météorologiques et de leur fatigue extrême, un refus aurait en effet signifié une mort certaine pour les deux hommes. Il a été prévu qu’ils coucheraient dans le grand dortoir, on leur a interdit de boire de l’alcool et de faire du tapage. Après avoir mangé goulûment, les deux hommes se sont installés près du poêle pour faire sécher leurs vêtements, sans essayer de frayer avec les autres.



*



Lotz sort de la pièce après avoir fait un signe discret à Leroy.

- Jean-Marie, lui dit-il à voix basse quand ils sont seuls dans le couloir, ces gens nous ont menti !

- C’est l’évidence même, répond Leroy. Leur histoire d’argent volé et de...

- Ce n’est pas de ça que je parle, l’interrompt Lotz. Est-ce que tu as remarqué leurs dos ?

- Non, dit Leroy un peu étonné. Qu’est-ce qu’ils ont de particulier, leurs dos ?

- Leurs vêtements étaient complètement trempés et pleins de neige gelée partout... sauf dans le dos ! Tu comprends ce que cela signifie ? Qu’ils ont porté des sacs au dos pendant tout le trajet et qu’ils les ont enlevés pour venir chez nous ! Donc, ils contiennent quelque chose que nous ne devons pas voir...

- Tu as raison, dit Leroy après avoir réfléchi un instant. Ils ne les ont sûrement pas cachés bien loin, puisqu’ils doivent les récupérer demain matin... Il va bientôt faire nuit, mais je vais quand même essayer de les retrouver. Arrange-toi pour qu’ils ne remarquent pas mon absence.


Leroy quitte le refuge sans faire de bruit, chausse ses skis et se remet à gravir la pente jusqu’au petit belvédère. Une fois arrivé, il constate que les traces faites par lui et ses compagnons ont été recouvertes par la neige, mais que celles des deux hommes sont encore parfaitement visibles.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Bernard Nuss [XXe-XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: