Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Charles Exbrayat [XXe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Charles Exbrayat [XXe s]   Dim 30 Avr 2017, 17:04





Imogène McCarthery, pétulante écossaise de 48 ans, est secrétaire au bureau de l'Amirauté, en Angleterre. Fière de ses origines, de son clan, elle ne se gêne pas pour critiquer ses collègues et son chef de service. Aussi, lorsque David Woolish, le Grand Patron, la convoque, elle pense être licenciée. Peu lui importe, elle partira la tête haute. Or, celui-ci va lui confier une mission de la plus haute importance: emmener une enveloppe secrète contenant les plans d'un nouvel avion à réaction, le Campbell 777, à Sir Henry Wardlaw résidant à Callander... lieu de naissance d'Imogène. Folle de joie, celle-ci va narguer son chef de service, Archaft, qui accepte mal qu'on puisse lui confier une telle mission. Cependant, Woolish lui explique que c'est justement parce qu'elle est peu crédible qu'elle n'attirera pas les soupçons. Et qui mieux qu'elle connaît ce coin de l'Ecosse ? Bien évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu et notre flamboyante rousse aura affaire à bon nombre de pièges.

L'ingéniosité d'Exbrayat, dans ce premier roman de la série, est de nous présenter un personnage plein de vie et d'entrain. Chauvine, Imogène tient par-dessus tout à ses racines écossaises et à son clan des Mc Gregor, quitte à tout sacrifier, y compris l'amour. C'est justement ce nationalisme exacerbé qui fera sa force. Cependant, elle n'hésitera pas à se sacrifier lorsqu'il s'agit d'être la digne descendante de son père, le Capitaine de la Compagnie des Indes, mais également lorsqu'il s'agit de représenter la couronne d'Angleterre.

Ce personnage est attachant. Bien qu'exubérante, elle a un cœur d'or. Évidemment, Imogène n'a rien d'un agent secret mais son entêtement à mener à bien sa mission, par fierté, fera qu'elle réussira bien malgré elle. Parallèlement à sa mission, elle va vivre quelques aventures amoureuses qui, sans qu'elle ne le sache, s'imbriquent étroitement dans sa mission.

Ce roman policier structuré, bien amené, est à lire pour passer un bon moment.





Extrait :



Imogène McCarthery - que son caractère et sa chevelure carotte faisaient surnommer 'The red bull" par ses compagnes de bureau - entrait d'un pas assuré dans la cinquantaine. Elle devait son énergie indomptable à la passion qu'elle nourrissait pour son pays natal, l’Écosse - ce qui lui permettait de mépriser hautement ses collègues anglaises - et à la dévotion dont elle entourait la mémoire d'un père qui, jusqu'à sa mort, avait considéré sa fille comme une domestique dévouée et non rétribuée.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Dim 30 Avr 2017, 17:07





Ruth Truksmore se dit qu'elle commence à se faire un peu vieille. Elle aborde la trentaine et n'est toujours pas mariée. Pourtant, quelqu'un se borne à lui faire déposer un bouquet tous les matins à son bureau d'Oxford Street, ce qui l'irrite au plus haut point, ne sachant pas de qui cela peut provenir. Il faut dire que Ruth est une maîtresse femme au caractère bien trempé, pas une midinette dont le coeur palpiterait et chavirerait devant cet acte. Il lui faut savoir coûte que coûte... et bien entendu, elle parvient à ses fins. Ce présent fleuri est l'oeuvre de Sir Archibald Lauder, un baronnet sans charme (un seul -n en anglais au passage, d'où l'orthographe dans le bouquin).. mais qui pourrait donner une certaine prestance à Ruth. Allez zou, ni une ni deux, ils se rencontrent et se marient (bon enfin, ce n'est pas aussi rapide car le futur époux, d'une timidité à pleurer, n'ose pas lui demander sa main. Ah, c'est comme ça ? Qu'à cela ne tienne, c'est Ruth qui ira demander à la mère de ce dernier la permission). Emballé, c'est pesé ! Pendant la nuit de noces, au moment où ils commencent à se connaître, un coup de fil interrompt ce rendez-vous intime. C'est le chef de la Miss qui ne vient pas lui souhaiter une belle vie mais téléphone pour lui donner une mission... Oups, Ruth n'aurait-elle pas oublié de dire quelque chose à Archibald ?

Ce dernier réagit très mal, ne croyant pas un traître mot de cette histoire abracadabrante(sque). Non, sa femme ne peut pas faire partie des services secrets. C'est son amant au téléphone ! S'ensuit une scène de ménage hallucinante méritant de figurer au livre Guinness des records pour la diplomatie employée. Puisqu'il en est ainsi, Archibald en aura le coeur net, il ira avec Ruth ! Non mais ! Celle-ci accepte, résignée (ce qui est plutôt bizarre d'ailleurs).

Seulement voilà, le baronnet  s'avère être un boulet de première et ne croyant toujours pas aux propos de sa jeune épouse, clame à tue-tête que celle-ci fait partie du MI 5. Vous imaginez un peu comment tourne la mission secrète !!!

Exbrayat a toujours le don de mêler intrigue policière et humour. Et lorsqu'on croit connaître la fin, hop, un rebondissement vient faire s'écrouler nos certitudes.






Extrait :

La nouvelle Lady ne possédait pas tellement d'expérience, mais quelques minutes plus tard, elle convint en elle-même que son mari ne se débrouillait pas si mal, lorsque le téléphone, en sonnant, interrompit leurs communs ébats. Malgré sa retenue habituelle, Ruth faillit jurer lorsque son mari l'abandonnant, annonça :
- Ce doit être maman !
Mais il ne s'agissait pas de lady Elizabeth et, le visage fermé, le baronet tendit le récepteur à sa femme.
- C'est pour vous , ma chère, de la part de ce colonel... Que vous n'avez jamais vu !
Ruth écouta ce qu'une voix inconnue lui disait, reposa l'appareil et ne sut que dire.
- Il nous souhaite tout le bonheur possible.
Sèchement, le baronet répliqua :
- Il est bien bon !
Ruth comprit qu'elle ne pouvait plus retarder l'aveu de son secret, mais elle ne savait comment. Sans le vouloir, Archibald lui vint en aide. Le monocle à l’œil dans son pyjama grenat à revers noirs, elle le jugea, tout ensemble, attendrissant et ridicule.
- Dieu m'est témoin, ma chère, que je déteste me mêler des affaires des autres, mais lorsqu'il s'agit de ma femme, je change d'opinion. Ruth, dites-moi la vérité : ce Stockdale a-t-il des droits sur vous ?
Elle baissa la tête.
- Oui.
- Ah...
Visiblement, le coup l'avait frappé.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Dim 30 Avr 2017, 17:10




Sir Michaël Wortham est un cardiologue réputé. Il a tout pour être heureux : un bon métier, une femme qui l'aime et qui lui finance tout ce qu'elle veut... Oui mais voilà, Michaël n'est pas heureux en ménage. Il a une maîtresse, Gloria Guist. Et celle-ci semble avoir un sacré caractère ! Elle en a assez d'attendre que le sieur divorce de sa femme et l'épouse. Alors elle lui propose une solution radicale : qu'il tue la rivale ! Et les choses s'accélèrent lorsque Jane, la dite épouse, découvre la liaison de son mari et menace de lui retirer la direction de ses finances. Mais voilà que déboule sans crier gare Mortimer. Cet hurluberlu s'introduit avec force dans le cabinet du médecin afin de lui demander... sa femme ! Tout pourrait s'arranger finalement...

Tout ce petit monde se retrouve dans la demeure du médecin. Oh, non pas sur invitation, on s'en doute ! Sir Wortham est chiffonné : il vient de remarquer que son armoire a été forcée et qu'un flacon de digitaline lui a été dérobé. Il a tout juste le temps d'en parler à son majordome... Il découvre alors Jane et Mortimer dans la même pièce. Sans compter qu'une amie et fidèle cliente, Lady Hoddesdon, vieille mégère dont la langue va plus vite à dégainer que n'importe qui, est là, dans les pattes de tout le monde. Pour se remettre de tout ceci, on décide de boire un verre. Voilà qui ne peut que réjouir Lady Hoddesdon dont l'amour pour la dive bouteille est notoire. Un plaisir fatal ? En tous les cas, elle s'écroule, raide morte...

Comme à son habitude, Exbrayat nous réserve des rebondissements dont il a le secret, le tout saupoudré d'humour. Encore une lecture bien agréable !





Extrait :

(Mortimer se retrouve une fois de plus dans la salle d'attente du cardiologue. Une cliente, qui n'est autre que Lady Hoddesdon, lui fait la causette...)

- Bien que nous n'ayons pas été présentés, puis-je vous prier de satisfaire ma curiosité, sir... sir ?
- Mortimer Narborough.
- Mortimer ? Comme c'est drôle !
- Vous trouvez ?
- Le grand-père de mon mari, lord Hoddesdon, se prénommait aussi Mortimer. Il a attiré l'attention de Sa Majesté la Reine Victoria, lors d'une chasse au renard dans le Somerset.
- Il devint son amant ?
Lady Helen se redressa, foudroya le goujat d'un regard où s'accumulait le mépris de dix générations d'Hoddesdon auxquelles s'ajoutait un nombre égal de générations de Laxey (lady Helen était née Helen Laxey).
- Monsieur, je vous prie de respecter la mémoire de la Reine !... Mortimer Hoddesdon fut nommé Troisième Secrétaire privé... Vous attendez le docteur ?
- Non, sa femme.
Décidément, ce garçon manquait tout à fait de distinction. Lady Hoddesdon jugea qu'elle devrait interrompre ici une conversation du dernier vulgaire, mais la curiosité fut la plus forte.
- C'est... c'est bien de lady Jane que vous parlez ?
- Bien sûr.
- Elle ne m'a pourtant jamais parlé de vous ?
- Elle ne le pouvait pas.
- Pour quelles raisons ?
- Parce qu'elle ne me connaît pas... du moins disons qu'elle ne m'a jamais vu.
- Et vous l'attendez ?
- Et je l'attends.
- Depuis longtemps ?
- Trois mois.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Dim 30 Avr 2017, 17:12




J'aime beaucoup Exbrayat, que j'avais découvert avec la série des Imogène. Mais j'avoue que cet opus m'a déçue. Il est bien en-dessous des autres (enfin, ceci n'est que mon avis, bien entendu). L'intrigue se fait attendre et le suspense, primordial tout de même dans un roman policier, est phagocyté par les sentiments amoureux d'un des personnages principaux, Aldo. On tombe dans le cliché : deux personnages de classes différentes que tout oppose et qui ressentent des sentiments l'un envers l'autre... ; Une Italie caricaturée avec la Mama et toute sa descendance, les cris, les pleurs...

Disons que ça se lit mais qu'il ne faut pas attendre d'avoir froid dans le dos.




Extrait :


Serafina prit Miss  Farrington par le bras :
- Vous devez avoir faim ? Aimez-vous la pizza ?
- Je n'en ai mangé qu'une fois à Rome.
- La mienne est la meilleure de Naples.
Sur un ordre de sa mère, Lauretta distribua à tout le monde la "meilleure pizza de Naples" et chacun, incontinent, se mit à dévorer à belles dents avec l'application que mettent tous les pauvres gens à se nourrir.
- Alors ? Comment vous la trouvez ?
- Excellente !
La mama se rengorgea. Décidément, elle était bien sympathique cette jeune fille et Aldo serait sûrement heureux avec elle. Mario eut terminé le premier. S'essuyant la bouche du dos de la main, il déclara :
- Maintenant que vous êtes quasiment de la famille, signorina, on n'a pas de secret pour vous...
Et s'adressant à tout le monde :
- ... L'enterrement du pauvre Rocco doit pas nous faire oublier nos autres soucis. Costantino Garazzi m'a fait prévenir d'aller le voir après la cérémonie... Il dit qu'il a de bonnes nouvelles...
Serafina l'interrompit :
- Pour la première fois où elle entre chez nous, c'est pas des histoires à raconter à la signorina... Il vaut mieux parler de choses plus gaies. Quand est-ce que vous vous mariez, Aldo et vous ?
Seul un réflexe de bonne éducation empêcha Audrey de recracher le morceau de pizza que la surprise lui faisait avaler de travers.  

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Florence
Randonneur occasionnel
Randonneur occasionnel
avatar

Féminin Verseau
Messages : 60
Localisation : Troyes
Date de naissance : 25/01/1979
Âge : 38
Emploi : Assistante de direction
Date d'inscription : 06/02/2017

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Ven 05 Mai 2017, 16:57

J'avais vu les épisodes d'Imogène à la télé. Je ne savais même pas que c'était d'abord des livres.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Sam 06 Mai 2017, 11:47

Je te rassure Florence, je ne le savais pas non plus avant de voir le duo Lavanant/Benguigui. C'est en faisant des recherches que j'ai découvert les bouquins... et Exbrayat.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Maminette
Randonneur chevronné
Randonneur chevronné
avatar

Féminin Poissons
Messages : 455
Localisation : Dans mon fauteuil
Date de naissance : 23/02/1950
Âge : 67
Emploi : bibliothécaire retraitée
Date d'inscription : 15/05/2017
Humeur : Toujours avec le sourire

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Mar 16 Mai 2017, 09:06

Lavanant est parfaite dans ce rôle. Je l'aime moins dans la bonne sœur... mais je m'écarte du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Mar 16 Mai 2017, 20:55

Je l'aime aussi dans Sœur Thérèse.com mais il est vrai que dans Imogène, elle est impayable !

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Maminette
Randonneur chevronné
Randonneur chevronné
avatar

Féminin Poissons
Messages : 455
Localisation : Dans mon fauteuil
Date de naissance : 23/02/1950
Âge : 67
Emploi : bibliothécaire retraitée
Date d'inscription : 15/05/2017
Humeur : Toujours avec le sourire

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Mer 17 Mai 2017, 10:55

Et surtout quand on lit les bouquins, on la voit, on la reconnait.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Charles Exbrayat [XXe s]   Ven 19 Mai 2017, 18:25

Oui, je me l'imagine moi aussi, surtout quand elle arrive avec sa coiffe, beuglant qu'elle veut du chouchen ! Very Happy

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Charles Exbrayat [XXe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: