Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Patrick Cabanel [XXe-XXIe s / France ; Essais historiques]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4572
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Patrick Cabanel [XXe-XXIe s / France ; Essais historiques]   Dim 30 Avr 2017, 17:50




Quatrième de couverture :

L’écriture de Patrick Cabanel est souple, poétique, violente parfois. Elle traverse les Cévennes et leur histoire de foi et de sang : la foi exigeante et le sang des camisards, le fer et le feu des persécutions, le drame des années noires aussi, au cours desquelles ce pays put s’honorer d’être une terre de refuge. Ce livre est une promesse de voyage et de découverte. Les mots, ici, sont choisis avec le cœur : amour d’une terre, amour de ceux qui l’ont habitée ou l’habitent encore, passion vécue pour un paysage unique, sens de l’image qui fait aussi respirer le schiste et le châtaignier. Qui lira ce livre ne pourra qu’aimer les Cévennes, même s’il n’y est jamais allé, car il les aura vues et senties.





Mon avis :


Ce  livre émouvant renverra le lecteur aux confins d’une région peu connue et d’une époque qui ne l’est pas moins. Patrick Cabanel nous fait découvrir ou, pour ma part, redécouvrir les Cévennes qui prennent soudain un autre visage. Cette région "brute", dans tous les sens du terme, devient, par la poésie, le ressenti et la sensibilité de l’auteur, plus douce, plus chaleureuse. En un mot: plus humaine. On comprend cet esprit de révolte, datant des camisards, qui plane encore à l’heure actuelle ; cette froideur pouvant surprendre. Froideur du paysage mimétique, par ailleurs, du caractère cévenol. Mais tout ceci n’est qu’une façade. Apprendre à connaître les Cévennes, c’est aussi apprendre à casser la carapace qu’elle s’est forgée. C’est, tout comme l’auteur, assumer pleinement de se laisser envahir par son histoire, par ses gens, par sa géographie quelque peu éclectique... c’est en tomber amoureux.

Je me demandais d’où pouvait venir le sous-titre, quel sens lui donner... Les Cévennes sont loin d’Israël, au sens propre comme au figuré. Du moins, c’est ce que je croyais. Et pourtant....

Que vous connaissiez ou non les Cévennes, je vous conseille de lire cet essai car le thème et, surtout, le style de Patrick Cabanel valent, en toute honnêteté, le détour. Le voyage est au rendez-vous.





Extrait :


" Ils ont pris le désert.

Non parce que le pays est vide. Il est plein, à cette époque. Des hommes partout, des traces partout, des travaux partout. Non parce que les pierres ou quelque maquis le résumeraient tout : la Cévenne est un jardin, elle est un verger. Les hommes y ont pratiquement fabriqué la terre, je le redirai. Ce n’est pas le désert de Saint-Guilhem et de la Séranne, source, cloître et moines dans le silence médiéval et la garrigue calcinée. C’est celui des Hébreux : le Désert de l’ancienne Bible, dans laquelle ils vivent. Il y a aussi, pour eux, une Égypte, une sortie et une traversée, une mer Rouge, une terre promise. Ils se trompent de trois mille ans, mais ils savent lire à travers les lignes et ils sont libres. Ils dorment sous le ciel, ils prêchent à temps et à contre temps. Ils ont des avertissements, des visions, ils roulent dans la poussière et la sueur, les corps se tordent et hurlent, le français d’un Clément Marot et d’un Agrippa d’Aubigné coule à flots de ces bouches occitanes et c’est l’Éternel qui leur parle. Des choses très simples, comme dans l’Israël antique. C’est presque effrayant."

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4572
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Patrick Cabanel [XXe-XXIe s / France ; Essais historiques]   Dim 30 Avr 2017, 17:53





Quatrième de couverture :


« Le soir viendrait, puis la nuit aux étoiles dures, nous saurions qu’il n’est pas d’histoire morte. »

Après nous avoir guidés dans les Cévennes, Patrick Cabanel nous convie à découvrir deux autres sommets du Midi biblique : la tour de Constance à Aigues-Mortes, vigie de pierre blonde, doigt de Dieu au bord de la mer, et le plateau du Chambon-sur-Lignon, ce toit couvert de prairies et de neiges à mille mètres d’altitude. Dans la première se trouvent quelque deux cents femmes captives, jusqu’à quarante ans de leur vie, parfois avec leur enfant, pour avoir refusé de dire “oui” au Roi. Sur le second, des héritiers de ces femmes ont soustrait des centaines de juifs à la traque du moderne Pharaon. De 1685 à 1942, deux catastrophes ont noué ici leurs destins, deux sources d’espérance ont mêlé leurs eaux. L’auteur a tenté d’entrer à Aigues-Mortes en compagnie des mortes vivantes, en élevant les yeux, par moments, sur la montagne des justes.






Mon avis :



Le premier livre que j'avais lu de cet auteur était Cévennes, un jardin d'Israël, qui avait, par ailleurs, obtenu un prix. Patrick Cabanel cumule deux avantages à mes yeux : il s'intéresse à des lieux que je connais et son écriture proche de la prose poétique est un vrai plaisir.

Je le disais, sa plume vaut le détour. Elle nous permet à la fois d'être transportés dans un autre temps, de comprendre et, surtout, de réagir car l'auteur en appelle à nos émotions. Et comment pourrions-nous rester impassibles face à l'évocation d 'événements dont la cruauté reste sans nom ? On imagine ces pauvres femmes cloîtrées dans cette tour de Constance dont le doux nom n'a rien d'égal au sort de ces pauvres captives protestantes ; leur seule « faute » étant d'être restées fidèles à leur foi en cette époque tourmentée où le protestantisme est purement interdit en France depuis la révocation définitive de l’Édit de Nantes en 1685. La plus célèbre, Marie Durand, enfermée pendant 38 ans, de 1730 à 1768, aurait gravé un mot dont le sens est aussi symbolique que son courage : Résister. Parallèlement, et avec brio, Patrick Cabanel nous amène au Chambon-sur-Lignon, ville huguenote qui s'est démarquée par l'action de ses habitants pour avoir aidé les juifs victimes des persécutions nazies pendant la seconde guerre mondiale. On comprend dès lors très vite le parallèle, certes audacieux, mais qui prend alors tout son sens.

Que l'on s'intéresse ou non au protestantisme, que l'on connaisse ou non les lieux, ce livre est à lire absolument. Pure petite merveille d'écriture, il retrace des moments de l'Histoire qu'il convient absolument de ne pas oublier.





Extrait :

Cela peut paraître saugrenu, mais nous avons tous dans la tour, et pas seulement les protestants, une poignée de vieilles dames, des parentes, que nous avons le droit de ne pas oublier. S'y enfermer avec elles, même pour quelques heures, n'est pas facile. Il est plus tentant de continuer son chemin par les rues multicolores d'Aigues-Mortes et de pousser jusqu'à la mer et aux pyramides de la Grande-Motte. Une telle luxuriance de liberté et de désirs fait trembler ce littoral d'Europe, que l'on regimbe à l'idée de s'écarter de la vie et d'entrer dans ce puits aérien où des femmes n'ont rien fait d'autre que de ne plus rien attendre. Au moment de passer le seuil, comme elles ont dû le faire en leur temps, celles dont les parcours reliaient à l'anneau d'Aigues-Mortes rongé de sel l'éventail du Midi huguenot, j'ai regardé du côté des montagnes, avec cette nostalgie brutale du pays vert et noir où le ciel offre à la terre un littoral bien plus puissant et odorant que la mer à la Camargue. On songe à Marie Durand et au granit du Bouchet-de-Pranles, dans son lointain Vivarais ; à Marie de la Chabannerie, près du Mazet-Saint-Voy ; à leurs compagnes, venues du Lozère ou des Boutières, de Lacaune ou de Vergèze : demandons avec elles encore un instant de répit, à parcourir les voilures du ciel que l'on plie avec les draps, là-haut, avant d'entrer dans la rotonde des mortes vivantes. (P23-24)

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Patrick Cabanel [XXe-XXIe s / France ; Essais historiques]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: