Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maurice Le Rouzic [XXe-XXIe s / France ; Nouvelles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4576
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Maurice Le Rouzic [XXe-XXIe s / France ; Nouvelles]   Jeu 04 Mai 2017, 20:51





Quatrième de couverture :

Une bière à Firenzuola et autres nouvelles de Maurice Le Rouzic, recueil idéal pour échapper à la morosité, entraîne quiconque le savoure à travers la Croatie, l'Italie, l'île de Chypre, celle de Cuba, la Pologne, la République Tchèque, l'Angleterre, le Cambodge... La procession de pays enchante : les paysages défilent, les personnages se succèdent. Mais l'Histoire, toujours, vient se mêler aux décors colorés. De ce fait, Une bière à Firenzuola et autres nouvelles invite le lecteur à s'évader en voyageur éclairé, en homme conscient des autres et de ce qui l'entoure.




Mon avis :

On connaissait déjà la fameuse Invitation au voyage de Baudelaire (oh eh, on peut faire part d'un peu de culture de temps en temps, non ?! ), voici celle, beaucoup plus moderne, de Maurice Le Rouzic. D'ailleurs, si le poète offrait au lecteur sous le charme la vision d'un pays idyllique, ce n'est pas vraiment le cas ici et la première nouvelle du premier recueil, intitulée Tornade, donne le ton en plongeant le lecteur non pas dans la douceur et la volupté (on l'aura bien compris en voyant le titre) mais dans un Cambodge où les images négatives - car associées à la politique, à l'Histoire- affluent. Les textes suivants associent également géographie (on parcourt le globe) et appel aux réminiscences. Car c'est bien de cela qu'il s'agit ici. Le fil conducteur reste la mémoire, personnelle ou collective. Voilà qui est original mais surtout bien écrit et l'on pourra admirer cette plume digne que l'on s'y arrête dessus. Cette prose, que l'on peut qualifier de poétique, s'appuie sur des connotations artistiques : musique, peinture viennent ponctuer les textes et donner une ampleur d'autant plus grande à l'impact sur le lecteur.

Le deuxième recueil, jouant avec les chiffres, est plus léger thématiquement parlant mais travaillé stylistiquement. L'auteur s'amuse à la manière d'un Queneau. Des exercices de style, donc, pour reprendre un titre éponyme, qui ne pourront qu'enchanter les lecteurs.

Je conseille vraiment la lecture de cet ouvrage afin de découvrir un passionné des mots, un virtuose de la prose qui ne manque pas de références culturelles.



Extrait :


Les couleurs de Vinci (Premier recueil)

Poggio a Calano


Enfin, l'azur éclatait dans un ciel printanier que les pluies des jours précédents avaient rincé, lessivé, essoré. Pas un seul nuage ne venait troubler la suavité de cette matinée d'avril. La voiture suivait le serpent des petites routes qui grimpaient, descendaient, contournaient les collines toutes de vert vêtues : du sombre, presque bleu, des cyprès à celui plus tendre des jeunes herbes. Çà et là, la tache ocre d'une villa ou d'une ferme avec son porche et son campanile rappelait que des hommes habitaient aussi ce paysage. Du sommet d'un des petits monts, Vincent aperçut, au loin, perché sur son éperon, ses tours fièrement et inutilement dressées vers le ciel, le village de San Gimignano aux ruelles certainement encombrées de touristes à cette époque de l'année.

Pour dire vrai, il s'était quelque peu perdu. Pas de GPS dans sa voiture de location. Une carte routière insuffisamment détaillée. Des panneaux indicateurs eux-mêmes hésitants. Tout s'était ligué pour qu'il sorte des sentiers battus et qu'il découvre la Toscane profonde. Il râlait aux intersections, nues de toute direction, ou en prenant le risque d'un périlleux demi-tour quand il s'enfonçait vers le sud alors qu'il aurait dû garder un cap nord nord-ouest comme aurait dit son cap-hornier de grand-père. Il ne regrettait rien cependant. Ses yeux se gavaient des couleurs qu'il croyait avoir perdues. (...)

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Maurice Le Rouzic [XXe-XXIe s / France ; Nouvelles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: