Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Olivier Houdé [XXe - XXIe s / France ; Essai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Olivier Houdé [XXe - XXIe s / France ; Essai]   Mar 01 Sep 2015, 20:57




Quatrième de couverture :



Rien n'est plus amusant que d'observer un enfant qui s'interroge. Que se passe-t-il dans son cerveau à l'instant qui précède une bonne réponse ou une erreur ?
Après Piaget, Olivier Houdé a élaboré une théorie révolutionnaire pour décrire l’apprentissage. À l’aide de l’apport conjugué de la psychologie et de l'imagerie cérébrale, il a isolé une fonction essentielle du cerveau : la résistance cognitive ! C'est la capacité de notre cerveau à inhiber les automatismes de pensée pour nous permettre de réfléchir.
Olivier Houdé nous explique la genèse de cette découverte au travers de nombreux exemples chez les bébés, les enfants et les adolescents. Et nous montre comment on peut la mettre en œuvre pour améliorer l’apprentissage, à tout âge.




Mon avis :



J'ai eu l'occasion d'assister à une conférence d'Olivier Houdé, professeur à l'Université Paris Descartes. Il dirige le laboratoire de psychologie  du développement et de l'éducation de l'enfant du CNRS. Si cela m'a paru, soyons honnête, un peu complexe au départ, la lecture de ce livre, qui reprend en majorité ce que nous a expliqué ce spécialiste, m'a permis de mieux comprendre ses recherches.

Surfant sur la vague du numérique, il a eu l'idée de s'intéresser aux cerveaux des enfants pour mieux en connaître les fonctionnements et, surtout, le développement. Quoi de mieux à notre époque que d'utiliser toute la technologie afin de pouvoir étudier in vivo cet organe mystérieux ? Cet ancien instituteur a ainsi cherché à comprendre quelles parties du cerveau fonctionnaient lorsque l'enfant essayait de résoudre un problème. Via les techniques de l'imagerie assistée par ordinateur (IRMf, imagerie par résonance magnétique fonctionnelle ; TEP, tomographie par émissions de positrons), il a pu contrôler tous les paramètres (stimulation, temps de réponse etc.). À l'aide, également, des différents travaux antérieurs, notamment ceux de Piaget, il a en déduit que le cerveau devait faire acte de résistance pour avancer, pour bien penser. En effet, je cite l'auteur, "il y a trois systèmes dans le cerveau. L'un est rapide, automatique et intuitif (Système 1). L'autre est plus lent, logique et réfléchi (Système 2). Un troisième système, sous-tendu par le cortex préfrontal, permet d'arbitrer, au cas par cas, entre les deux premiers systèmes" (P10). Ne pas résister, c'est répondre tout de go et se tromper la plupart du temps. C'est ainsi qu'à un certain stade, si l'on met, par exemple, des jetons bien alignés sur une rangée et, au dessous, le même nombre de jetons en les espaçant, l'enfant répondra directement qu'il y en a plus dans la deuxième rangée. C'est le système intuitif qui a fonctionné parce que le cerveau n'a pas encore appris à mettre en place cette résistance. Tout ceci permet de comprendre les difficultés de certains enfants dès l'école primaire et donne à réfléchir sur les différentes pédagogies à mettre en place. Olivier Houdé en offre une, plus moderne, résultat de toutes ses expériences.

Je trouve fascinantes les recherches sur le cerveau car ce dernier est tellement complexe qu'il en est frustrant. Et ce chercheur est d'autant plus courageux qu'il essaie d'apporter de nouvelles théories. On sait à quel point, dans pareil cas, le scepticisme populaire peut mettre des bâtons dans les roues...



Extrait :



Des bébés aux adultes, on découvre aujourd'hui qu'apprendre à résister aux conflits intracérébraux est important pour notre développement cognitif, c'est-à-dire pour l'acquisition des connaissances et la capacité de raisonnement. C'est un signe d'intelligence.

Comme l'avaient déjà bien pressenti les penseurs grecs de l'Antiquité depuis Aristote, avec les sophismes et paralogismes (écarts à la logique), suivis par les philosophes de la Renaissance qui ont souligné le poids des coutumes et des habitudes égocentrées (Montaigne) ou l'action des "puissances trompeuses" (Pascal), ce sont nos propres impulsions, intuitions, croyances, stéréotypes et erreurs cognitives auxquels il faut apprendre à résister. Et c'est la partie avant de notre cerveau, le cortex préfrontal, qui doit s'exercer à bien les inhiber. Or cela ne va pas de soi, car sa maturation est lente au cours de l'enfance. (P 17)

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Olivier Houdé [XXe - XXIe s / France ; Essai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: