Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Léonor de Récondo [XXe / XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Léonor de Récondo [XXe / XXIe s]   Dim 13 Sep 2015, 12:13



J'avais fait une critique quelque peu atypique de ce livre qui m'avait enchantée. La voici, sous forme de poème :



De la mort d'Andrea, Michelangelo se désola,
son esprit, sa chair, tout son corps était là,
cadavre froid devant l'Artiste qui pleura.
Pourquoi ? La question l'obséda,
tant et si bien qu'à Carrare il alla,
fuyant ses sentiments, fuyant le vieux schéma,
Amitié, Amour ? Il ne s'y résolut pas.

Trouver le marbre du futur tombeau
du Pape Jules II, il s'enquit aussitôt.
Cœur brisé, cœur blessé, jusque sous sa peau,
il voyait Andrea revenu du caveau.
Un enfant, Michele, rabroué aussitôt,
fut, finalement, un immense cadeau.
Innocence et pureté apaisèrent son cerveau.

Orgueil et colère laissent place à la joie,
Andrea et sa mère ressuscitent dans sa foi.
Ses mains vont façonner ce marbre qui fait loi,
au soleil de son cœur, au soleil qui poudroie.

Michelangelo, l'Artiste, le sculpteur, est là,
avec ses défauts, son caractère, son mea-culpa,
sous la plume avisée que l'auteur(e) enchanta,
offrant tout son sens au titre : Pietra Viva !

Mots ciselés dans la veine de la page,
style poétique gravé dans leur sillage ;
Écriture fine invitant au voyage,
pour un magnifique livre à l'heureux présage.



Cette critique m'avait d'ailleurs valu de gagner une liseuse lors des "Matchs de la rentrée de Price Minister" (petit moment "j'me la pète" ! tongue )



Extrait du livre :


Les tailleurs de pierre riaient de voir cet enfant de la ville, si prompt à les suivre dans la poussière, s'y frotter avec autant de plaisir. Voyant que les adultes ne lui prêtaient pas volontiers leurs ciseaux, il commença à dessiner tout ce qu'il voyait. Et les tailleurs cessèrent de rire tant le talent de l'enfant dépassait l'entendement. Certains prétendirent même que le diable y était pour quelque chose. Mais Michelangelo ne les écoutait déjà plus. Un chemin lumineux et sanguin s'était ouvert en lui et il s'était promis de le suivre toute sa vie.
Sa nourrice portait en elle assez d'amour pour lui faire croire qu'il n'avait rien à craindre et que, si cette voie-là était la sienne, il ne fallait pas la laisser s'échapper. Pour cela, il devait accomplir une chose : oublier les autres et plonger en lui-même. Elle avait employé ces termes. Et quand, la tête la première, il plongea dans son magma intérieur, il s'aperçut que sa chair était faite de pierre vive. De pietra viva.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com En ligne
zazy
Randonneur chevronné
Randonneur chevronné
avatar

Féminin Verseau
Messages : 241
Date de naissance : 27/01/1949
Âge : 68
Emploi : Retraitée à plein temps
Date d'inscription : 22/08/2015
Humeur : Attention avant le p'tit-déj. sinon, ça va, je ne mords pas

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo [XXe / XXIe s]   Lun 14 Sep 2015, 15:57

Tu peux te la péter, car c'était c'est beau
Revenir en haut Aller en bas
http://zazymut.over-blog.com/
zazy
Randonneur chevronné
Randonneur chevronné
avatar

Féminin Verseau
Messages : 241
Date de naissance : 27/01/1949
Âge : 68
Emploi : Retraitée à plein temps
Date d'inscription : 22/08/2015
Humeur : Attention avant le p'tit-déj. sinon, ça va, je ne mords pas

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo [XXe / XXIe s]   Lun 14 Sep 2015, 15:59



Rêves oubliés
Léonor de Récondo
Editions Sabine Wespieser
Janvier 2012
176 pages
ISBN : 978-2-84805-107-9




4ème de couverture :
Quand il arrive à Irun où il espère rejoindre sa famille, Aïta trouve la maison vide. Le gâteau de riz abandonné révèle un départ précipité. En ce mois d'août 1936, le Pays Basque espagnol risque de tomber entre les mains des franquistes. Aïta sait que ses beaux-frères sont des activistes.
Informé par une voisine, il parvient à retrouver les siens à Hendaye. Ama, leur trois fils, les grands-parents et les oncles ont trouvé refuge dans une maison amie. Aucun d'eux ne sait encore qu'ils ne reviendront pas en Espagne.
Être ensemble, c'est tout ce qui compte : au fil des années, cette simple phrase sera leur raison de vivre. Malgré le danger, la nostalgie et les conditions difficiles - pour nourrir sa famille, Aïta travaille comme ouvrier à l'usine d'armement, lui qui dirigeait une fabrique de céramique.
En 1939, quand les oncles sont arrêtés et internés au camp de Gurs, il faut fuir plus loin encore. Tous se retrouvent alors au cœur de la nature, dans une ferme des Landes. La rumeur du monde plane sur leur vie frugale, rythmée par le labeur quotidien : les Allemands, non loin, surveillent la centrale électrique voisine, et les oncles libérés, poursuivent leurs activités clandestines.
Ecrit comme pour lutter contre la fuite des jours, le carnet où Ama consigne souvenirs, émotions et secrets donne à ce très beau roman une intensité et une profondeur particulières.
Léonor de Récondo, en peu de mots, fait surgir des images fortes pour rendre à cette famille d'exilés un hommage où une pudique retenue exclut le pathos.

Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne 2013


===========
« Etre ensemble, c’est tout ce qui compte. » Cette phrase est le leitmotiv de ce très beau livre.
L’arrivée du franquisme en Espagne oblige Ama et les siens à quitter leur confort bourgeois pour un exil de l’autre côté de la Bidassoa, à Hendaye. La seconde guerre mondiale les enfonce un peu plus sur le sol français et ils s’installent dans une ferme les Landes. De servie, Ama devient la servante des autres. Aïta devenu métayer, cultive la terre qu’il aime tant travailler qui lui permet de nourrir sa famille. Ils ont vécu tout cela chacun de leur côté. Surtout ne pas alarmer l’autre, rester unis. Aïta garde pour lui ses soucis, ses peurs. Ama les écrit dans un cahier qui la suit partout jusqu’au jour où… Ce cahier est sa soupape, un souffle absolument indispensable pour ne pas tomber comme lorsqu’elle découvre sa grossesse et ce qu’il adviendra. Ils ont chacun leur béquille à elle le cahier, à lui le travail de la terre.

Etre ensemble pour supporter le déracinement, pour supporter la peur, pour supporter le bouleversement, le changement radical de vie… Etre ensemble pour se réchauffer le cœur.
Ce socle d’amour leur permet d’accepter la dégradation de leurs conditions de vie, de continuer à vivre, de se réinventer une nouvelle vie. « Je ne regrette pas d’avoir rencontré celle que je suis aujourd’hui. La vie s’est montrée à moi sous un nouveau jour, parfois sombre, mais toujours instructif et riche »

J’ai aimé le passage où Otzan, le frère aîné raconte un conte à ses frères. « Otzan de bonne grâce, ne bride pas son imagination et ridiculise autant qu’il le peut ce dictateur qui a obligé des familles entière à se séparer, à se haïr, à s’entretuer. »

Les pages du carnet d’Ama donnent à ce livre une simplicité, une profondeur émouvante.

Léonor de Récondo est musicienne et cela se sent dans son écriture. Ce livre est une pure merveille de retenue, de beauté. Léonor de Récondo m’a de nouveau faite vibrer avec ce livre fort, émouvant, rarement gai, souvent triste, sans aucune emphase, simplement superbe.
Revenir en haut Aller en bas
http://zazymut.over-blog.com/
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo [XXe / XXIe s]   Lun 14 Sep 2015, 19:09

zazy a écrit:
Tu peux te la péter, car c'était  c'est beau

Merci, merci !

Il faut que je lise "Rêves oubliés" (que j'ai, en plus). Tu as raison, on sent dans son écriture qu'elle est musicienne.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com En ligne
 
Léonor de Récondo [XXe / XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: