Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Martine Provis [XXe / XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4624
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Martine Provis [XXe / XXIe s]   Dim 13 Sep 2015, 18:35





Sans qu'elle comprenne pourquoi, la petite Marthe est arrachée à celle qu'elle appelait "maman Cathy" pour atterrir chez deux personnes dont les Thénardier n'auraient pas à rougir. Fini l'amour, les petites attentions, les jeux d'enfant. Marthe est confrontée, au même titre que les deux autres enfants, Pierre, et sa soeur Alberte, aux brimades et sévices. Mais elle a l'espoir de revoir sa mère... Espoir qui s'écroule lorsqu'elle apprend que ses bourreaux sont ses vrais parents et que maman Cathy n'était qu'une personne qui l'avait recueillie temporairement.

Marthe... Martine... on comprendra facilement que la romancière nous livre ici un douloureux souvenir d'enfance. Si douloureux, je pense, qu'elle a préféré mettre en scène son propre personnage avec un autre prénom. Peut-être est-ce là un moyen de prendre du recul, de ne pas rouvrir des blessures cicatrisées en surface.

Lorsque Victor Hugo avait inventé son personnage de Cosette, livrée aux mains des aubergistes dont je parlais, il était loin de s'imaginer qu'un siècle plus tard cela serait toujours d'actualité... L'être humain peut se montrer si pervers, si dénué d'humanisme, de cœur, que l'on en pleurerait...




Extrait :

Marthe vient d'être arrachée à maman Cathy et arrive dans son nouveau foyer :


En un clin d'oeil la diablesse me ramassa, tel un ballot, et me déposa sur la première marche d'un escalier fleurant bon le miel. Je restai sur place, ahurie, ne sachant que faire.
- Monte au premier, malpropre ! cria-t-elle en me poussant rudement.
Enfin j'entendais le son de sa voix : le ton acéré, brusque, n'avait rien d'engageant.
Je me relevai et grimpai l'escalier, bien plus vite que je ne m'en serais crue capable, pour arriver sur un palier exigu et sombre.
Une porte s'ouvrit aussitôt devant nous, comme mue par une force maléfique, et la mégère me bouscula jusqu'au fond d'une cuisine dont l'aspect lugubre m'inspira dans l'instant un sentiment d'aversion.
Je demeurai hébétée dans le coin où j'étais tombée ; néanmoins, rapidement, la porte restée ouverte exerça sur moi une irrésistible attraction : profitant d'un moment d'inattention, je tentai d'en franchir le seuil lorsqu'une gifle retentissante me paya aussitôt de ma témérité.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Martine Provis [XXe / XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: