Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Philippe Saimbert [XXe / XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Philippe Saimbert [XXe / XXIe s]   Jeu 17 Sep 2015, 20:57



De son vivant, tata Lucie était à éviter comme la peste ! Pourquoi ? Parce que cette dame avait une vie très... dissolue dirons-nous, si vous voyez ce que je veux dire. Au décès de ses "cons" de frères comme elle les appelait, elle pensait que ses neveux se rapprocheraient d'elle mais le qu'en-dira-t-on familial avait fait son oeuvre... En revanche, comme souvent, à l'annonce de son décès, chacun se frotte les mains en se disant qu'il va hériter. Et la garce de tata devient soudainement la bonne tata aimante et aimée. Mais le premier grain de sable intervient lorsque le père du narrateur se rend compte qu'il ne va pas être le seul à bénéficier des largesses de son aïeule. Ses frères sont conviés à la fête. D'un coup, la tata chute de son piédestal et retombe dans la fange. Et lorsqu'il arrive devant le notaire, d'autres grains de sable viennent enrayer la machine... Grains de sable ? Rochers, plutôt ! Allez, je n'en dis pas plus !

Si vous attendez de la haute littérature, le "bouquin de l'année" selon l'expression consacrée (en un ou deux mots, au choix), passez votre chemin ! En revanche, si, comme moi, vous voulez un livre qui vous détende, alors il est fait pour vous !




Extrait :


(Extrait du testament de tata Lucie)



[...] Moi, Lucie Castet, laisse à Mademoiselle Maïté Passy-Coucet la somme de quatre millions de nouveaux francs. (Nous n’étions pas encore passés aux “joies” de la conversion en euros.) Cela devrait lui permettre de trouver un organisme d’accueil haut de gamme : son argent, évidemment, devra être géré par un tuteur. Je lui demande simplement en souvenir de notre amitié de prendre soin de mon chat Joyeux. Je l’ai recueilli il y a bien longtemps alors qu’il venait d’être abandonné par des salauds et je ne voudrais pas que d’autres salauds l’abandonnent à nouveau à la SPA ou ailleurs. Il n’est pas bien intelligent, mais il ne mérite pas de finir avec une piqûre au cul.
« En ce qui concerne mes neveux, Messieurs Émile, Gustave, Bernard et Michel Castet, je leur demande d’examiner attentivement mon portrait qui, normalement, doit se trouver devant eux.
(Tous les regards convergèrent d’un bloc vers la photo de Tata Lucie.) Le cancer qui m’a emportée est une maladie redoutable, certes, mais qui m’a laissé du temps pour réfléchir… Et une idée amusante a fini par germer dans mon esprit. Sur ce portrait, je porte au cou une turquoise suspendue à une chaînette. Cette pierre n’a aucune valeur si ce n’est celle que je vais lui donner maintenant. Je l’ai soigneusement dissimulée dans ma propriété et, de par mes dernières volontés, je lègue la totalité de mes biens à celui de mes neveux qui saura la retrouver.
« J’ajoute que, passé un délai de un mois après l’ouverture de ce testament – délai pendant lequel mes neveux pourront habiter chez moi –, ceux-ci ne pourront plus prétendre à hériter en cas d’échec. Dans ce cas, toute personne qui retrouvera la turquoise héritera à leur place.
« J’ajoute également que Me Philippe Pécastaing, huissier à Pau, possède un double en verre de ce bijou et que lui seul sera habilité à vérifier l’authenticité de la pierre que vous présenterez au notaire… Au cas, bien sûr, où l’un d’entre vous aurait eu l’idée de s’entendre avec ce dernier ou de lui présenter une fausse pierre. On n’est jamais trop prudent surtout quand il s’agit de telles sommes !
« Pour vous aider dans vos recherches, je vous laisse l’indice suivant : “Je devrais être au chaud bien à l’abri du soleil.”
Sur ce, et avant de vous quitter pour toujours, je voudrais vous dire une dernière chose… Vraiment, vraiment, du fond du cœur… je vous emmerde tous ! »

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com En ligne
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Philippe Saimbert [XXe / XXIe s]   Jeu 17 Sep 2015, 20:58

Allez, un deuxième petit extrait, pour le plaisir (comme dirait Herbert Léonard... Suis en forme moi  Very Happy !) :


Ah ! la salope ! Ah ! la vieille salope ! Me faire ça, à moi… moi qui l’ai accompagnée dans sa vieillesse ! (En pensée, peut-être, et de loin, sûrement.) Moi ! son neveu préféré, elle le disait toujours !… J’avais même pissé sur sa robe quand j’étais tout gamin et elle en rigolait, et elle en rigolait ! Vous savez ce qu’elle disait à mon sujet : “Regardez ce grand dadais, quand on pense que je l’ai tenu dans mes bras et qu’il m’a pissé dessus !” C’est pas une preuve d’affection, ça ? Hein ?… Et voilà tout le remerciement !

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com En ligne
 
Philippe Saimbert [XXe / XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: