Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Loïc Le Borgne [XXe / XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4626
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Loïc Le Borgne [XXe / XXIe s]   Lun 28 Sep 2015, 20:58


Hysteresis


Le titre est déjà un mystère. Hysteresis... mais "quoi que c'est" se dit-on la bouche pâteuse et les cheveux en bataille ... Allez, je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps, le dictionnaire étant mon ami, c'est avec plaisir que je vous donne la définition : "Propriété présentée par un système dont les propriétés à un instant donné dépendent de toute son évolution antérieure et pas seulement des paramètres décrivant le système à cet instant". Ben mes aïeux, avec ça, nous sommes sauvés ! Que tous ceux qui ne sont pas scientifiques lèvent le doigt (ça va m'être dur à présent de pianoter sur mon clavier avec un doigt en l'air !) . Bon, trêve de plaisanterie, le titre prend tout son sens une fois l'histoire lue.

Rouperroux. Rien que le nom vous inspire un univers bucolique. Vous imaginez déjà un petit village tranquille, perdu dans la campagne, avec son clocher surplombant la nature environnante, le coq chantant au lever du soleil (si je ne sais pas quoi faire, je me recyclerai en agent immobilier) ... Mouais... mais Rouperroux a connu la "Panique", sorte de vengeance de la nature due à l'utilisation à outrance des technologies. Le village tente alors de se reconstruire. Mais à quel prix ! Les habitants, tous nés après le cataclysme, ne doivent pas en sortir, n'utiliser aucun appareil moderne. Ils doivent vouer un véritable culte à la Nature et détester leurs ancêtres. Ça casse l'ambiance, hein ! Et c'est dans cette chaleureuse atmosphère qu'un étranger arrive, Jason Marieke, un conteur. La méfiance est de mise car il a connu "l'avant". Il est, en quelque sorte, le lien entre le passé et le présent. Cette rencontre avec les habitants va révolutionner leur quotidien...

Si le thème n'est pas nouveau, on peut dire que ce roman est original à plus d'un titre. D'abord, parce qu'il se focalise sur une petite communauté. Nous sommes pratiquement dans un huis-clos. Et à première vue, certains ne sont pas seuls dans leur tête... Ensuite parce que mine de rien, ce bouquin est truffé de liens culturels : poésies, chansons. N'oublions pas que "l'étranger" est un conteur. Enfin, parce que le rythme est soutenu. Il n'y a qu'un petit bémol à tout ceci : l'auteur n'inverse jamais le sujet et le verbe lorsque la phrase le réclame. Un autre auteur a ce style là, Agota Kristof, mais c'est voulu dans la mesure où le narrateur est un enfant. Là, ça n'a pas lieu d'être et devient vite agaçant. Ceci dit, l'histoire est tellement prenante que l'on en arrive à oublier ce défaut.

Merci à Babelio et aux éditions Le Bélial' pour cette belle découverte.



Extrait :


- Que faisait votre père ?
- Romancier.
- Dieu du ciel, ce métier existait donc vraiment ? Écrire des choses imaginaires pour des gens qui n'avaient rien de mieux à faire qu'à lire ces pages inutiles ?
- Il aurait pu vous expliquer longuement l'utilité de la fiction. Quoi qu'il en soit, il ne faisait pas partie des pollueurs.
- S'il avait été classé pollueur, vous ne seriez pas ici. Tous ont été condamnés et pour la plupart exécutés. Leurs familles ont été mises à l'index.
- Les artistes ne polluaient pas.
- Votre père avait une voiture, une télévision et un ordinateur, non ?
- J'avais dix-huit ans quand ça s'est produit. Mes parents ne sont plus de ce monde depuis longtemps.
- Dix-huit ans, c'est déjà beaucoup. Je vous tiendrai à l’œil. Tout ce village va vous tenir à l’œil. Vous êtes un survivant, un type d'avant la Panique. Donc un suspect pour les habitants de Rouperroux.
- Je hais mes ancêtres plus qu'aucun d'entre vous. Je les ai vus faire, mais j'étais trop jeune pour y changer quelque chose. Je leur crache chaque jour à la gueule."
Il y a eu un silence pesant.
"Nous aussi, Chanteclair a dit d'une voix sourde. Nous aussi, nous leur crachons à la gueule. Et quand nous en trouvons un, un qui par malheur a survécu, nous le pendons à une branche. Après l'avoir jugé, bien entendu.
- C'est une menace ?
- Ne soyez pas idiot, je représente l'ordre et la civilisation. Il n'est plus question de lynchages aujourd'hui. Dans ce village cependant, j'ai eu vent de mystérieuses disparitions. Méfiez-vous de la vindicte populaire.
- Les gens sont étranges quand on est étranger."

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com En ligne
 
Loïc Le Borgne [XXe / XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: