Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 26 janvier 1855 : Suicide de Gérard de Nerval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4627
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: 26 janvier 1855 : Suicide de Gérard de Nerval   Sam 03 Oct 2015, 22:14

Il a vécu tantôt gai comme un sansonnet,
Tour à tour amoureux insouciant et tendre,
Tantôt sombre et rêveur comme un triste Clitandre.
Un jour il entendit qu'à sa porte on sonnait.

C'était la Mort ! Alors il la pria d'attendre
Qu'il eût posé le point à son dernier sonnet ;
Et puis sans s'émouvoir, il s'en alla s'étendre
Au fond du coffre froid où son corps frissonnait.

Il était paresseux, à ce que dit l'histoire,
Il laissait trop sécher l'encre dans l'écritoire.
Il voulait tout savoir mais il n'a rien connu.

Et quand vint le moment où, las de cette vie,
Un soir d'hiver, enfin l'âme lui fut ravie,
Il s'en alla disant : «Pourquoi suis-je venu ?»

(Gérard de Nerval, Épitaphe)




A 46 ans, le poète Gérard de Nerval (dont le pseudonyme provient d'un lieu-dit de l'Oise, Le Clos de Nerval), né Labrunie, se pend à une grille, rue de la Vieille-Lanterne, près du Châtelet, à Paris. Il souffrait depuis 14 ans de troubles psychologiques se traduisant par des crises d'hallucinations et de délire. Bouleversé par la mort de sa mère dans sa petite enfance, il donnera une place prépondérante dans sa vie et son oeuvre au mythe féminin. Figure du romantisme, il laissa derrière lui des oeuvres telles que "les Filles du feu" (1854) ou "Aurélia ou le rêve de la vie" (1855)

Théophile Gautier et Arsène Houssaye payèrent pour lui une concession au cimetière du Père-Lachaise.




Photo prise à Mortefontaine (Oise), le 23 janvier 2012.
C'est en ce lieu que Nerval passa son enfance. C'est l'origine de son nom de plume, le Clos de Nerval se situant tout près.

© L.B

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
26 janvier 1855 : Suicide de Gérard de Nerval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Anecdotes littéraires-
Sauter vers: