Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean-François de Bastide [XVIIIe s / France ; Nouvelles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4627
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Jean-François de Bastide [XVIIIe s / France ; Nouvelles]   Lun 05 Oct 2015, 20:57



Écrivain français tombé dans l'oubli, Jean-François de Bastide (1724-1798) s'est essayé à tous les genres. La Petite Maison est une courte nouvelle commençant par un portrait : celui de Mélite (tiens, ce prénom pour le moins peu employé est le même que celui de l'héroïne de Corneille ! Mais l'histoire n'a aucun lien). La manière d'écrire n'a pas été sans me rappeler Les Caractères de La Bruyère. Jugez plutôt : "Mélite vivait familièrement avec les hommes, et il n’y avait que les bonnes gens, ou ses amis intimes, qui ne la soupçonnassent pas de galanterie. Son air, ses propos légers, ses manières libres, établissaient assez cette prévention." Mais Bastide va bien plus loin car il ne s'arrête pas au simple portrait.

Mélite est une femme que l'on pourrait qualifier d'un peu atypique à cette époque, libre, sans manières. Lorsque le marquis de Trémicour veut la conquérir (et plus si affinités... ou pas d'ailleurs), il est surpris par le refus qu'elle lui oppose. Comment ? Comment cette bonne femme, avec ses manières de demi-mondaine, pourrait-elle lui résister ? Mais le pépère a plus d'un tour dans son sac (n'y voyez rien de salace... Enfin, pas tout de suite) ! Sa petite maison...

Il emmène ainsi la Belle voir cette magnifique demeure (variante des "estampes japonaises" !!!), espérant, bien entendu, lui faire visiter avant tout la chambre. Mais voilà que Mélite se passionne pour l'architecture et regarde tout en détail, gloussant de bonheur à chaque découverte... pendant que le marquis ravale son impatience.

J'ai trouvé cette nouvelle bien plaisante et je vous la conseille, vraiment.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).


Dernière édition par Lydia le Lun 19 Oct 2015, 09:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4627
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Jean-François de Bastide [XVIIIe s / France ; Nouvelles]   Lun 05 Oct 2015, 20:58

Extrait :


Cette maison unique est sur les bords de la Seine. Une avenue, conduisant à une patte d’oie, amené à la porte d’une jolie avant-cour tapissée de verdure, et qui de droite et de gauche communique à des basses-cours distribuées avec symétrie, dans lesquelles on trouve une ménagerie peuplée d’animaux rares et familiers, une jolie laiterie, ornée de marbres, de coquillages, et où des eaux abondantes et pures tempèrent la chaleur du jour ; on y trouve aussi tout ce que l’entretien et la propreté des équipages, de même que les approvisionnements d’une vie délicate et sensuelle, peuvent demander. Dans l’autre basse-cour sont placés une écurie double, un joli manège et un chenil où sont renfermés des chiens de toute espèce.

Tous ces bâtiments sont contenus dans des murs de face d’une décoration simple, qui tiennent plus de la nature que de l’art, et représentent le caractère pastoral et champêtre. Des percées, ingénieusement ménagées, laissent apercevoir des vergers et des potagers constamment variés, et tous ces objets attirent si singulièrement les regards, qu'on est impatient de les admirer tour à tour.

Mélite avait cette impatience, mais elle voulut d’abord parcourir les beautés qui la frappaient de plus près. Trémicour brûlait de la conduire dans les appartements : c'était là qu'il pouvait lui expliquer sa flamme. Sa curiosité lui était déjà importune ; les louanges même qu’elle donnait à son goût ne le touchaient point ; il y répondait avec beaucoup de distraction. C’était pour la première fois que sa petite maison lui était moins chère que les objets qu’il y conduisait. Mélite remarquait sa contenance et en triomphait ; la curiosité l’eût seule engagée à tout voir, mais elle y pouvait mettre de la malice, et ce second motif valait bien l’autre pour s’y entêter. C’était ici une question qu’elle faisait, là un compliment, et partout des exclamations.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Jean-François de Bastide [XVIIIe s / France ; Nouvelles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: