Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruno Laurioux [XXe - XXIe s / France ; Essai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4073
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Bruno Laurioux [XXe - XXIe s / France ; Essai]   Lun 19 Oct 2015, 10:09


Pratiques et discours alimentaires en Europe au XIVe et XVe siècles.




Lorsqu'on pense à la nourriture médiévale, on a souvent l'idée de mets variés, accommodés pêle-mêle, sucrés/salés. On a également en tête de grands banquets où volailles et rôtis s'étalent à profusion sur de grandes tables, pour le plus grand bonheur des convives.

Dans cet essai, Bruno Laurioux s'intéresse à toutes les classes sociales là où d'autres ne traitent que des nobles et des bourgeois. On en apprend ainsi beaucoup sur les coutumes alimentaires de chacun et de nombreux clichés tombent.

Même s'il est vrai que la période tardive traitée permet d'en savoir plus, de recueillir des éléments étayant les propos de l'auteur, il n'en reste pas moins que ce petit livre est le plus complet que j'ai pu lire jusqu'à présent. On sent le sérieux de l'auteur qui n'hésite pas à nous donner des graphiques ou des tableaux afin d'améliorer la compréhension.




Extrait :


Jamais - sauf peut-être durant le Paléolithique ! - les Européens n'ont mangé autant de viande et ils mettront des siècles à retrouver les niveaux atteints dans les villes allemandes des XIVe et XVe siècles : 400-500 g par personne et par jour gras, soit environ 100 kg par an. Mais la consommation carnée est déjà inférieure de moitié à Tours où l'on mange pourtant deux fois plus de viande qu'à Carpentras. Dans une région aussi peu carnassière que la Sicile (16-26 kg par an et par personne seulement), certains salariés agricoles ont droit à 1,4 kg par semaine et les garçons bouchers jusqu'à 2,8 kg. La viande est donc plutôt le privilège des travailleurs de force ; mais aussi des classes fortunées : chacun des convives de la reine d'Aragon Maria de Luna s'en voit offrir quotidiennement jusqu'à 3 kg ! A l'intérieur même des couches dominantes, les différences sont sensibles : près d'un kilo par personne et par jour gras à la cour du comte d'Auvergne à Vic, 600 g chez le petit seigneur voisin, Guillaume de Murol, et encore plus de 500 g pour une prieure qui vit conventuellement dans les monts du Cantal et n'a que des femmes à sa table. (P72-73)

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Bruno Laurioux [XXe - XXIe s / France ; Essai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: