Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bram Stoker [XIXe s / Irlande ; Nouvelles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Bram Stoker [XIXe s / Irlande ; Nouvelles]   Mar 20 Oct 2015, 10:23




Les nouvelles présentées dans ce volume sont extraites de trois recueils différents. Ainsi, la première, éponyme, fut publiée à Londres en 1882 dans un recueil d'histoires pour enfants (Under the sunset) que Stoker dédia à son fils, Noël. Mick le Diable provient du recueil Snowbound, paru en 1908, qui regroupe des histoires inspirées par les nombreuses tournées de l'auteur avec le Lyceum Theatre, en Angleterre et aux Etats-Unis. Les cinq autres nouvelles, Un rêve de mains rouges, Les sables de Crooken, Le secret de l'or qui croît, Une prophétie de bohémienne et L'Enterrement des rats sont issues de Dracula's Guest, publié en 1914, deux ans après la mort de Stoker, par les soins de sa femme, Florence.

Je n'ai pas retrouvé le style que j'avais tant aimé dans Dracula. Cependant, ces nouvelles restent agréables à lire. Elles jouent sur le thème de l'onirisme pour la plupart. Voici quelques extraits:

* Au-Delà du crépuscule: Un idyllique pays imaginaire est placé sous la garde vigilante et permanente de deux anges, Fif-Dif.

Citation :
Loin, loin d'ici, existe un beau pays que nul humain n'a jamais vu aux heures de veille. Au-delà du crépuscule il s'étend, là où l'horizon lointain marque la frontière du jour, et où les nuages, resplendissants de lumière et de couleur, offrent une promesse de la gloire et de la beauté qui l'entourent.
Quelquefois il nous est donné de le voir dans nos rêves.
De temps en temps arrivent doucement des Anges qui éventent de leurs grandes ailes blanches les fronts en peine, et qui posent leurs mains fraîches sur les yeux des dormeurs. C'est alors que l'esprit de celui qui dort prend son essor.

* Un rêve de mains rouges: Un homme est poursuivi par son rêve.

Citation :
- "Cela fait deux nuits que j'ai fait ce rêve. La première fois, ce fut assez dur, mais j'ai pu me remettre. Cette dernière nuit, l'attente du rêve était en elle-même presque pire que le rêve. Et le rêve est arrivé, et il a balyé en souffrance mon attente. Je suis resté éveillé jusqu'avant l'aube, et puis il est revenu de nouveau, et depuis, je vis dans une épouvante semblable à celle que les mourants doivent certainement ressentir, et avec cela en plus toute la peur de cette nuit."

* Les sables de Crooken: Enlisé dans une sombre histoire alors qu’il séjourne en Écosse, Arthur Markam voit son double disparaître dans les sables mouvants des marais de Crooken. Une étrange prophétie semble le harceler. Fantôme, rêve, réalité ?

Citation :
Il observa les eaux brillantes avancer sur l'étendue plate de sable, s'approchant insensiblement de plus près - la marée s'était inversée. Quelque temps après, il entendit une voix s'élever, sur la plage, à quelque distance.
"Des pêcheurs qui s'appellent", se dit-il à lui-même, et il regarda autour de lui. A ce moment, il reçut un choc, terrible, parce que, bien qu'un nuage eût traversé la lune, il vit malgré le noir soudain qui l'entourait, sa propre image.

* Mick le Diable: Stoker s'inspire ici d'une de ses tournées en Amérique.

Citation :
"Eh bien, au revoir ! Je monte à la voiture des bagages à l'avant pour être près de Mick. Nous avons trop longtemps travaillé ensemble pour être séparés à la fin, si c'est bien la fin. Et voilà ! Nous sommes dans le Bayou Pierre maintenant , et aussi longtemps que nous sommes sur le pont, tout ce que vous pouvez faire, c'est dire des prières et confesser vos péchés. Ce qui peut arriver par la suite, eh bien, je ne crois pas que ça vaille le coup de déjà commencer à y songer! "

* Le secret de l'or qui croît: Geoffrey tue sa femme et l’enterre dans l’âtre du grand hall à Brent’s Rock. Mais il est saisi d’effroi en constatant qu’entre les vieilles pierres poussent inlassablement les cheveux d’or de Margaret. Le frère de cette dernière, Wykham, veut sa peau.

Citation :
Il buvait coup sur coup depuis un bon moment, et était plus qu'à moitié abruti, lorsqu'il crut entendre un bruit, comme si quelqu'un frappait à la porte, et leva la tête. Il cria presque sauvagement d'entrer, mais il n'y eut pas de réponse. Murmurant un blasphème, il se servit de nouveau. Alors il oublia tout autour de lui, sombra dans la torpeur, mais brusquement il se réveilla pour voir, debout devant lui, un être, ou une chose, qui était comme le double délabré et fantomatique de sa soeur

* Une prophétie de bohémienne: Joshua et Gérald n'auraient pas dû se moquer d'une bohémienne. Le destin est parfois écrit dans la lignes de la main...

Citation :
La Reine des bohémiens dévisagea sévèrement les deux hommes et leur dit:
- Comme vous voulez ! Vous avez décidé: vous opposez à mon avertissement le mépris, et à mon appel la plaisanterie. Que le destin tombe sur vos têtes !
- Amen ! dit Gérald.
D'un geste impérieux, la Reine reprit la main de Joshua et commença à lui prédire son avenir:
- Je vois ici du sang qui coule ; il va couler ; il coule devant mes yeux. Il coule dans le cercle brisé d'un anneau de mariage brisé.

* L'Enterrement des rats: Dans les Terres inconnues où règnent les Chiffonniers, les rats sont, à tout prendre, moins féroces que les humains.

Citation :
A ce moment, j'étais assis au centre de la cabane, basse de plafond, avec la vieille femme à ma gauche et l'homme à ma droite ; tous deux étaient assis à un pas devant moi, la pièce était remplie de toutes sortes d'objets curieux en bois et de beaucoup de choses dont j'aurais voulu être éloigné. Dans un coin se dressait un amas de chiffons qui semblait vouloir abandonner l'abondante vermine qui s'y trouvait, et dans un autre, un tas d'os dont l'odeur était quelque peu repoussante (...). Tout cela était déjà désagréable, mais ce qui me semblait pire encore était une vieille hache de boucher, au manche en fer recouvert de taches de sang, et qui était appuyée contre le mur, à droite.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Bram Stoker [XIXe s / Irlande ; Nouvelles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: