Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roxane Marie Galliez [XXe / XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Roxane Marie Galliez [XXe / XXIe s]   Dim 02 Aoû 2015, 18:35




Le Pêcheur d'étoiles... magnifique titre qui laisse rêveur. Je plonge le nez dans ce petit livre et, soudain, j'ai un parfum d'enfance qui me revient, telle une madeleine de Proust. Début des années 80, je dors chez mes grands-parents. Alors que 7 heures sonnent à l'église du village, un rayon de soleil entre par les volets de bois et commence à inonder la pièce. Je me lève et me dirige tout doucement vers l'armoire dans laquelle se trouve un gros livre à la couverture verte. Je plonge dans ces histoires de fées, de princes charmants et de vilaines sorcières qu'ont su si bien compiler les frères Grimm... Au bout d'une heure ou deux d'enchantement, je repose le bouquin et je me prépare à une belle journée...

Voilà l'effet que m'a fait ce petit conte philosophique.  Oui, j'ai bien dit philosophique. Car la magie est là pour donner à réfléchir. Barbar, le personnage principal, évolue sous la prose poétique de Roxane Marie Galliez. Son parcours initiatique n'est pas de tout repos et l'on a de l'empathie envers ce dernier. Pourtant, il fera des erreurs qui auront de graves conséquences. L'être humain est obstiné. Il ne veut pas écouter les conseils... Ça vous rappelle quelque chose ? Oui, nous sommes tous des "Barbar".

Quelle plume, mes aïeux ! C'est admirable ! Je suis ressortie de ma lecture comme je ressortais de mon bouquin de contes il y a une trente-cinq ans en arrière : le sourire aux lèvres. J'ai découvert cet écrivain de talent grâce au blog d'Eve-Yeshe et je l'en remercie. J'ai vraiment adoré ce texte qui, n'ayons pas peur des mots, fait du bien.



Extrait :



Lui, était encore trop prisonnier de ses croyances et trop orgueilleux pour admettre ses erreurs. Il s'était marié il y a longtemps et jamais il n'aurait voulu reconnaître que la fille du marchand d'or n'était pas celle qu'il lui fallait. Il masquait ses défauts en qualités, il s'inventait des histoires, il édulcorait sa vie, tout plutôt qu'avouer qu'il s'était marié sans la connaître, pour bâtir vite une famille. Aussi, quand la Gardienne avait écrit l'histoire de la rencontre avec la fille du marchand d'or, il avait refusé de parler de ce chapitre là, sinon pour lui dire qu'elle s'était trompée, qu'elle ne connaissait pas la vérité. La Gardienne n'avait rien dit, elle n'avait même pas répliqué qu'elle n'inventait jamais ses histoires, elle se contentait de retranscrire ce qu'elle lisait dans le fond des âmes. Et ce qu'elle lisait dans l'âme du Phénicien, c'est qu'il n'aimait qu'elle, la Gardienne, et qu'il tentait d'étouffer cet amour qui l'effrayait parce que cela lui demandait de bouleverser sa vie et que sa plus grande peur désormais, était de la perdre.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Roxane Marie Galliez [XXe / XXIe s]   Dim 02 Aoû 2015, 18:36

J'ai participé au concours de Roxane Marie Galliez sur son livre, Le Pêcheur d'étoiles, dont je vous parlais récemment.


La consigne était la suivante :

"Avant de partir, la Gardienne a écrit une lettre, que le Phénicien lira peut-être, si elle ne s’est pas envolée…"



Voici mon texte :


Barbar,

Je souhaite qu'à leur lecture, ces quelques lignes restent gravées dans ton âme comme ces étoiles qui scintillent et que tu affectionnes tant. Les Hommes ont oublié que le monde ne pourrait fonctionner sans les éléments. L'eau, la terre, l'air, le feu... sont ce qui donne vie en s'imbriquant. Tu l'as compris et tu es devenu un élu. Mais comme tout novice, tu as dû essayer de comprendre par toi-même, choisir ta voie. Tu t'es trompé, tu t'es fourvoyé. Tu as cru copier ton maître. Mais tu n'avais pas réfléchi. Tu n'avais pas réellement écouté la leçon qu'il t'offrait. Tu n'avais pas entendu. Tu t'es entêté à vouloir devenir ce que tu n'étais pas. Pourtant, j'ai essayé de te mettre sur la voie, sur ta voie. Pourquoi refuser ton identité ? C'est ce qui t'a perdu.

L'erreur est humaine, Barbar. Mais ne pas l'accepter, ne pas rectifier, c'est s'enfoncer dans la douleur et la perdition. Oh, rien de physique, non ! Mais tu te bats avec ta conscience. Tu as refusé de te révéler mais tu aurais dû comprendre que je connaissais ton histoire. Se cacher, au fond, ne sert pas à grand chose. Pourquoi ne pas avoir dit que tu étais marié avec la fille du marchand d'or ? Cela te surprend que je le sache ? Tu n'as pas voulu voir que je lisais dans ton âme. Que je n'écrivais pas une histoire. Tu étais en train d'écrire la tienne, teintée de déni, de refus et de peur. Tu as essayé d'enfouir au plus profond de toi tes sentiments. Tu as refusé de changer tes habitudes. Mais on lit en toi comme dans un livre ouvert. Tu n'as pas compris une chose : je parlais des quatre éléments au début de cette lettre... Ils ne fonctionnent pas seuls. Une force motrice les fait avancer : l'amour. Le refuser, c'est exposer sa vulnérabilité mais c'est aussi faire souffrir l'autre. Le simuler est encore pire. A partir de là, je ne pouvais plus rien faire pour toi. On ne peut pas aider celui qui ne le veut pas. Je t'offrais l'amour éternel mais tu l'as laissé partir en poussière. Je suis certaine qu'au moment où tu lis ces mots, tu réfléchis sur tes actes.

Tu sais à présent ce qu'il te reste à faire. L'Aube revient toujours... à condition de le vouloir. Toi seul détiens la clé de ton destin.

Ta Gardienne.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Roxane Marie Galliez [XXe / XXIe s]   Dim 02 Aoû 2015, 18:36



Résumé :



Marié à Reine depuis près de vingt ans, Antoine voudrait la quitter pour vivre avec Ariane. Malgré ses doutes et ses contradictions, il s’est promis de parler à sa femme avant la fin de l’été.
Reine, en chagrin, à la dérive, assiste à la fin de son histoire qui s’envole. Tandis qu’Ariane, amoureuse cachée d’Antoine depuis des années, attend, console, pardonne et souffre, comme les autres.
En 16 dates, du premier au dernier jour de l’été, les trois protagonistes racontent ce qu’ils ressentent, ce qu’ils voudraient, et c’est toute leur vie qui défile, leur rappelant qu’un seul geste pourrait leur permettre de prendre leur bonheur.
Un geste qu’ils réaliseront, peut-être, juste avant l’automne.



Mon avis :



Encore un merveilleux texte de Roxane Marie Galliez qui, décidément, nous gâte ! Rappelez-vous... Le Pêcheur d'étoiles, petit conte philosophique qui m'avait marquée. Ici, à travers ce roman à trois voix (Antoine, le mari, Reine, l'épouse et Ariane, la maîtresse), on est à la fois loin du conte et tout proche. Car le pêcheur s'était rendu compte qu'il n'aimait pas sa femme et faisait tout un parcours initiatique à la recherche du bonheur. Que font nos trois personnages ici ? Au final, la même chose. C'est peut-être en faisant des erreurs que l'on trouve sa voie.

Juste avant l'automne est un titre évocateur, un titre ayant un double sens. En effet, il y a la saison, bien sûr, très présente, mais il y a également l'automne de la vie, l'automne de sa destinée. Quelle puissance évocatrice dans le style, quelle poésie dans la plume ! Roxane Marie Galliez joue avec nos sentiments dans cette histoire somme toute (et malheureusement) banale d'un couple qui se déchire sous fond d'adultère. Comment sublimer le quotidien...



Extrait :


La musique m’étouffe à présent. J’ai le vertige un moment. Quitter Reine je pense que je le pourrais, mais comment vivre cela avec les enfants ? L’idéal serait de recommencer, tout recommencer. Reine pourrait m’aimer, je pourrais lui donner envie de m’aimer et nous élèverions nos enfants. Il faudrait tenir encore dix ans. J’aurais alors plus de 60 ans.
Tenir dix ans.
Perdre mes années les plus belles, les plus vigoureuses au nom d’une ridicule raison. Et flétrir, et faner, sans désir. En regardant le bonheur s’éloigner, s’écouler comme grains de sable entre mes doigts refermés.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Roxane Marie Galliez [XXe / XXIe s]   Sam 28 Nov 2015, 17:21

Retrouvez Roxane Marie Galliez dans un autre style, ici !

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4540
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Roxane Marie Galliez [XXe / XXIe s]   Lun 26 Déc 2016, 16:58





Voici la suite du Pêcheur d’étoiles, ce conte philosophique qui m’avait tant plu et dont j’attendais la suite avec impatience. Vous noterez déjà ce choix des titres qui n’est pas sans laisser penser à une écriture majestueuse. Il me suffit de les lire pour avoir déjà la tête ailleurs, partir, m’évader, retrouver le monde magique de Barbar et d’Aube. Et c’est de cette dernière dont il va surtout être question ici.

Souvenez-vous, dans le premier opus, nous avions quitté le pêcheur désemparé. Ce phénicien avait suivi sa quête sans se rendre compte qu’il faisait du mal à côté de lui. Et son Amour, le seul, le vrai, l’unique, était parti. Nous retrouvons donc Aube, puisqu’il s’agit bien d’elle, dans un état épouvantable. Elle ne le montrait pas vraiment si mes souvenirs sont bons mais elle est capable d’éprouver des sentiments, de se lâcher, de les exprimer ! Bon, je n’en dis pas plus pour ne rien dévoiler…

J’ai retrouvé avec délice cette écriture poétique que j’apprécie tant dans les écrits de Roxane Marie Galliez, les messages implicites (ou non) que véhicule ce conte, l’humanité qui s’en dégage, même s’il s’agit ici de personnages allégoriques.Que dire ? Lisez-le et vous m’en direz des nouvelles !




Extrait :

Il la lava avec de l’eau de pluie et remplit son regard de rosée : il n’aurait pas supporté qu’elle ne connaisse jamais plus le bonheur des larmes versées pour rire, aimer ou soigner ses blessures.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Roxane Marie Galliez [XXe / XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: