Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tony Cartano [XXe-XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4431
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Tony Cartano [XXe-XXIe s]   Dim 08 Nov 2015, 18:27


Des gifles au vinaigre



Pour résumer brièvement l'histoire, Tony Cartano tente, dans un roman qui se veut autobiographique, de retracer l'histoire de son père. Une histoire enveloppée de non-dits, de mystères... quelque chose de déroutant pour son fils, Antonio, né d'un deuxième mariage. Ce dernier va alors mettre bout à bout tout ce qu'on aura bien voulu lui raconter, et va mêler réalité et fiction afin de donner une certaine image, une quasi- identité à ce père. Et s'il y a autant de silence autour de la figure du Paternel, c'est aussi parce que vient se mêler, en fond, la guerre d'Espagne.

Je suis assez partagée quant à mon ressenti face à la lecture de ce livre. En effet, on ne tient pas là, à mon avis, le best-seller de l'année. Sur le plan stylistique, l'écriture est simple quoique fluide. Etant originaire moi-même du sud de la France, j'ai lu avec plaisir quelques évocations de lieux connus. Pourtant, je n'ai pas dévoré ce livre comme je peux le faire lorsque je suis vraiment intéressée. Car, en prenant du recul et en toute objectivité, je me dis que si je suis allée jusqu'au bout de l'ouvrage, ce n'est pas pour l'histoire en elle-même. Non, c'était justement parce qu'il y avait quelques fragments qui me rappelaient ma région. Je m'attendais à ce qu'il y ait une analyse plus poussée de la guerre d'Espagne ou, du moins, sans vouloir aller jusque là, une évocation en profondeur. Là, elle reste vraiment en second plan, mis à part pour quelques passages, trop rares à mon goûts. Ceci dit, le but de Tony Cartano n'était pas, je pense, de faire un roman historique non plus. Néanmoins, cet événement reste lié à sa famille et je regrette un peu qu'il ne soit resté qu'en arrière-plan.



Extrait :


« Roberto, amène-toi. Viens voir. »
Adossé contre le pneu de la camionnette, encapuchonné sous sa couverture de campagne, le canonnier s'était assoupi une heure ou deux, se jurant bien que le brouillard et le froid nocturne ne le tueraient pas. Avec ses vingt-cinq ans et sa solide carrure d'avant-centre du club de football de Gérone, Roberto ne craignait rien plus que l'obscurité glacée, trompeuse, qui donne l'illusion du repos salvateur mais qui, en réalité, s'apprête à vous saisir aux poumons et à vous liquéfier de l'intérieur.
Le sifflement des balles, la violence des escarmouches, ça ne lui faisait pas peur. Du moment qu'il avait décidé d'affronter le danger. Le plus dur, c'était le reste : tout ce qui rampait, sournois, le sommeil abruti, les poux de la tignasse et du pli des couilles – le désespoir. Depuis trente et un mois, il avait tout donné de sa vie à la guerre. Mieux qu'un entraînement permanent.
A. secoua le corps tétanisé de son compagnon qui s'ébroua.
« Que se passe-t-il ? Les Navarrais attaquent ? »

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Tony Cartano [XXe-XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: