Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Michèle Perret [XXe - XXIe s]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4276
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Michèle Perret [XXe - XXIe s]   Ven 21 Aoû 2015, 19:06






Quatrième de couverture :



Ocre était la ville, figée dans ses tranquilles certitudes...
... et grise la mer - un gris presque noir, comme de cendres.


Alors que l'Algérie est en proie aux violences de sa guerre d'indépendance, treize destins d'Oranaises évoquent la vie quotidienne de ces années de braise, avec ses alternances cruelles de gaieté, d'amour, d'espoir et de drames. De Joséphine la lingère à Halima la laveuse, de Solange la femme-enfant, épouse comblée d'un jeune colon, à Malika la survivante, veuve d'un chahid, de Leïla qui ne sait pas qu'elle est morte à Nadia, la petite fille perdue un soir de manifestation, ou à Soledad la trop jolie, détruite par son ambition.



Mon avis :



Je connaissais Michèle Perret en tant que médiéviste puisque quelques-unes de ses traductions trônent sur mes étagères. Dans ce recueil de nouvelles, elle cède avec brio la place à l'écrivain, à la femme poète qui laisse libre cours à sa plume et à la magie des mots. J'ai lu ces treize nouvelles avec un plaisir certain. L'écriture est riche, travaillée, au service de l'histoire racontée. Elle a un impact sur le lecteur, elle le charme, l'envoûte et le laisse, lors de la chute, dans un état second. Michèle Perret n'hésite pas à jouer sur plusieurs registres (langue, style) afin de surprendre au fil des pages.

Habituellement, dans un recueil de ce type, il arrive qu'il y ait une hétérogénéité : certains textes sont souvent en-dessous des autres. On sent un essoufflement. Ici, rien de tout cela. Toutes, je dis bien TOUTES les nouvelles sont d'une puissance sans égal. J'ai voyagé à travers cette prose poétique, j'ai souffert pour certaines de ses femmes, j'ai appris des coutumes inconnues.

Je terminerai par un seul mot : Merci !




Extrait :



Leïla, la nuit


Leïla est repartie légère, presque immatérielle.

Elle est vite allée se cacher du jour, avant que ne paraisse l'aube. Et elle se recouche sagement dans son lit de sable et de pierres, sous les lauriers roses au bord de l'oued.

Là où ses frères l'ont enterrée en secret il y a dix ans.

Tuée à coups de caillasses, lapidée une nuit magique d'été - une nuit de solstice - pour une question d'honneur.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4276
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Michèle Perret [XXe - XXIe s]   Ven 21 Aoû 2015, 19:08




Quatrième de couverture :



Ce livre restitue la vie d'une ferme isolée du sud de l'Oranie, au cours de la période 1939-1945. C'est aussi le récit de l'éveil d'une petite sauvageonne privilégiée : l'enfant comprend à sa façon une histoire qui la dépasse et va pressentir les signes avant-coureurs de l'orage qui bouleversera le fragile équilibre de son monde, "terre du vent qui fait rouler les ronces sèches dans le lit des oueds et claquer les volets des maisons mortes, terre cruelle et douce, prêtée le temps d'un songe..."
Entre autobiographie et fiction, un témoignage lucide et tendre sur un mode de vie méconnu.




Mon avis :



Le titre laisse rêveur et annonce d'emblée une prose poétique, marque de l'auteur. "Terre du vent", deux éléments naturels associés ici dans le souvenir, dans la rêverie, dans le retour sur un passé pas si lointain. Certes, s'il y a des éléments autobiographiques, ils appartiennent à Michèle Perret. Car ce texte n'est pas un récit de vie pur et simple. Écrit à la troisième personne du singulier, il permet à l'auteur de faire des références personnelles en toute pudeur mais il permet également une identification du lecteur. Car cette petite fille devient presque tout un chacun et si ce n'était cette période historique marquée, elle pourrait presque être intemporelle, symbole d'un lieu de notre enfance. L'onirisme en fait ressortir toutes les saveurs, toutes les senteurs. Les couleurs, la nature le sublime. Même le quotidien en devient magique. La fraternité entre les différentes nationalités, les différentes couches sociales font rayonner ce pays. Cependant, La petite Choune va également expérimenter les aléas du quotidien. Tout n'est pas rose dans une vie. Mais là encore, c'est tout en retenue, à pas feutrés, qu'on va nous délivrer les moments douloureux.

Puissance des mots, magie poétique, tels sont les vecteurs de ce magnifique texte qui nous laisse sans voix.



Extraits :


Elle a oublié quelque chose - comme un jouet enterré. L'appelle Madja sa complice, l'appelle un souvenir enfoui, l'appelle l'appel du vent qui passe, l'appelle la chaleur de l'été, l'appelle le chant de l'eau, le cristal pépiant du matin d'avril, l'or d'une abeille dans les fleurs d'or des caroubiers.

Elle a oublié quelque chose, elle doit retourner là-bas. Ne culpabilisez pas la douceur de son enfance, laissez-là retourner dans la bulle, monde disparu, monde aboli, jardin à l'abandon, jardin labouré, jardin redevenu champ de blé, jardin effacé, jardin prisonnier de la bulle, comme elle.

Elle connaît le chemin du rêve, du souvenir, du vent tiède.


******



Avant même que de naître, elle a respiré l'air tiède sous les grands arbres, l'odeur dorée du jasmin, du chèvrefeuille, des haies de roses-pompons.
Elle est faite de cette eau fraîche, un peu calcaire, au goût de matin. De petites laitues rondes, de grosses tomates à peau trop fine, des bruits du réveil, du roucoulement tiède des pigeons paons. De miel, d'oranges sanguines, du craquement de la glace sur les flaques, de caillé frais, du blé dans le vent. Du hululement de la chouette, du bruit de cascade de l'eau dans le bassin.
Craquelée par l'étouffement des midis d'août, pétrie d'odeur de poussière piquante, d'odeur du moût dans les cuves, de feux de sarments.
Faite d'une attente d'un souffle, d'une chaleur. Des jeux de son père enfant, et des petits enfants d'encore avant, qu'emportait la typhoïde, et du souffle des esprits qui ont imprégné cette terre bien avant ses ancêtres et qui y rodent encore.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4276
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Michèle Perret [XXe - XXIe s]   Lun 24 Aoû 2015, 12:10



Je ne vous présente plus cette grande médiéviste qu'est Michèle Perret. Celle-ci avait traduit, dans un premier temps, le texte de Jean d'Arras. Aujourd'hui, elle veut le faire connaître aux plus jeunes. Je trouve l'idée vraiment intéressante. En effet, très souvent, on entend dire que les textes médiévaux sont complexes, peu accessibles. Viennent s'ajouter les préjugés et l'on comprend dès lors que peu de gens lisent cette littérature. En la faisant découvrir dès le plus jeune âge, cela permettra peut-être d'en faire des adeptes, tout au moins d'éveiller leur curiosité.

N'allez pas croire que le texte s'adressant aux jeunes lecteurs, il soit niais ou simpliste. Personnellement, je me suis replongée dans cette histoire avec délice. Et s'il n'y avait pas les dessins illustratifs (que je ne commente pas, chacun se fera sa propre idée), rien ne pourrait dire qu'il s'agit de littérature de jeunesse. C'est avec intelligence et avec un style moderne que Michèle Perret a épuré le texte médiéval. J'ai même presque envie de dire qu'elle l'a dépoussiéré (et c'est moi qui dis ça !) La légende est là, dans toute sa splendeur, réinterprétée avec brio.

Michèle, on en redemande !



Extrait :


Le lendemain, les festivités recommencèrent et durèrent quinze jours. Mélusine combla de joyaux de prix les dames et les demoiselles, les chevaliers et les écuyers. Et tous reconnurent que Raymondin avait fait un noble et puissant mariage.

- Mais dites-moi, demanda encore une fois le Comte de Poitiers, à quel lignage appartient votre femme. Lorsque le vieux chevalier nous a accueillis, il nous a indiqué que sa maîtresse s'appelait Mélusine d'Albanie. Je vous prie donc de nous dire quel est ce lignage ? Elle doit être de très noble origine.

Les frères de Raymondin manifestèrent la même curiosité. Mais le jeune homme leur répondit :

- Jamais je ne me suis posé sur ma femme autant de questions que vous venez de le faire. Mais je peux vous assurer qu'elle est la fille d'un grand roi.

La parenté de Raymondin dut se satisfaire de cette réponse.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4276
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Michèle Perret [XXe - XXIe s]   Lun 24 Aoû 2015, 12:13

Vous pouvez retrouver Michèle Perret dans la catégorie Essai ainsi que dans la rubrique médiévale.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4276
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Michèle Perret [XXe - XXIe s]   Sam 05 Déc 2015, 16:56

Le nouveau roman de Michèle Perret vient de sortir ! Il a un titre de toute beauté : Les arbres ne nous oublient pas. Cliquez sur celui-ci pour retrouver ma critique.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Michèle Perret [XXe - XXIe s]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Romans Français ou Francophones-
Sauter vers: