Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lucien de Reinach [XIXe s / France ; Lettres]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4436
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Lucien de Reinach [XIXe s / France ; Lettres]   Jeu 04 Fév 2016, 20:47





Résumé :


Les lettres réunies dans ce recueil ont été adressées par le lieutenant de Reinach à sa famille pendant les six années qu'il a passées en Indochine.
Écrites au jour le jour, sans aucune recherche de style, elles n'étaient pas destinées à être rendues publiques.
On y trouvera, à côté de descriptions simples, mais sincères du pays, les difficultés de la vie coloniale où l'officier et l'administrateur doivent, de leur propre initiative, suppléer à l'insuffisance des moyens dont ils disposent.
On y verra le lieutenant de Reinach faisant, tour à tour, œuvre de militaire, d'explorateur, de juge, d'ingénieur, voire même de vaccinateur.




Mon avis :


Si ces lettres n'ont pas été écrites, à la base, pour être publiées, il n'en reste pas moins que le style de cette simple correspondance force l'admiration. Bien écrites, on sent toute la richesse du XIXe siècle sur le plan rhétorique. Ne connaissant que très peu de choses sur cette péninsule, je me suis littéralement délectée de ces textes. On entre dans l'intimité du personnage, de ce militaire, mais on en oublie assez vite la fonction au profit du dépaysement. On découvre ses difficultés dans ce pays au relief pouvant se montrer ingrat. Alors, certes, au final, on n'apprend pas grand chose sur le plan historique, mais ces lettres piquent justement notre curiosité à aller faire des recherches. Après tout, une correspondance n'est en aucun cas faite pour faire un cours d'histoire ou de géographie. Au lecteur de jouer le jeu.

J'ai passé un moment très agréable à la lecture de ce livre et je le recommande.




Extrait :


Ban-Muong, le 4 mars 1895

J'ai reçu des lettres de France me demandant des notes sur ce que je vois. Quelles notes prendre sur un pays où il n'y a rien ? Pour arriver jusqu'ici, où le paysage n'est pas joli, mais moins laid qu'ailleurs, il faut faire six cents kilomètres en remontant le fleuve depuis son embouchure. Dès qu'on quitte le Mékong, plus de villages ; rien que de la forêt et de la brousse. Cela est si vrai qu'il est très difficile de marcher vers un endroit qu'on s'est désigné d'avance. J'ai été absent six jours ; je n'ai jamais pu voir le point sur lequel je me suis dirigé, et j'ai trouvé quatre villages dont deux n'avaient que quatre maisons, et quelles maisons ?

Voilà le joli pays. A mille lieues de France, on se figure que tout ce qui se trouve à une distance aussi considérable que celle d'où j'écris est beau, splendide et merveilleux à voir. Eh bien ! En dehors de Ban-Muong même, avec son fleuve et ses montagnes bleues, rien de ce que j'ai aperçu jusqu'à présent ne mérite seulement qu'on lève la tête pour le regarder. Espérons que cela va changer et qu'en allant plus haut dans ce pays, je trouverai peut-être des choses intéressantes.

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Lucien de Reinach [XIXe s / France ; Lettres]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: