Promenades Culturelles


Venez en toute simplicité !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mémoires de Madame Campan ( XVIIIème - Début XIXème)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adélaïde
Randonneur professionnel
Randonneur professionnel
avatar

Féminin Vierge
Messages : 729
Localisation : Sud Ouest
Date de naissance : 26/08/1952
Âge : 64
Emploi : prof
Date d'inscription : 23/02/2016

MessageSujet: Mémoires de Madame Campan ( XVIIIème - Début XIXème)    Dim 20 Mar 2016, 15:02





Résumé

A l'âge de 15 ans, Henriette Genêt, ( qui deviendra par son mariage avec Bertholet - appelé Campan du nom de sa région dans les Hautes Pyrénées- Madame Campan) a reçu une excellente éducation et devient lectrice de Mesdames les filles de Louis XV = Victoire, Adélaïde et Sophie; plus tard, elle est placée au service de la jeune Dauphine Marie-Antoinette d'Autriche, devenue de France;
Dès lors, elle est en situation d'être témoin des prémices de la Révolution;
Ses    Mémoires     évoquent tout d'abord la fin du règne de Louis XV, puis les débuts du règne de Louis XVI jusqu'à son emprisonnement au Temple;
Très connus, ces textes ont servi de sources à maints historiens, ainsi que d'inspiration à maints romanciers qui n'hésitent pas à les plagier;


Mon avis

J'ai été bien déçue par cette lecture, dont il me semblait qu'elle serait révélatrice de presque deux règnes si critiqués, et sans doute encore imparfaitement connus;
Si je n'ai pas relevé d'erreurs ou de mensonges historiques, j'ai été constamment gênée dans ma lecture par le ton de la narratrice;
Guindée, bien pensante, drapée dans sa morale et son bon sens, Madame Campan m'apparaît en définitive comme un personnage pas très net;
Sous couleur de véracité et de vertu elle ne recule pas devant des anecdotes choquantes ( les "petites filles" de Louis XV, les traîneaux de Marie-Antoinette, son nécessaire de voyage, l'inertie de Louis XVI critiquée par sa femme, etc) et l'on se demande si elle est juge ou partie;
A côté de ces évocations, elle se répand en envolées larmoyantes sur "l'infortunée Princesse" = Marie-Antoinette, "sucre" bien sûr, le personnage de Fersen, et se plaît à évoquer l'unité conjugale du couple Royal;
La confrontation avec d'autres Mémoires et correspondances montre là, sa "diplomatie";
En définitive, j'estime que ces Mémoires sont bien surévalués, et ne sont nullement une lecture indispensable;
Ce personnage m'est devenu antipathique, chafouin et opportuniste, avec pour l'achever un ego ridicule = quoiqu'elle se donne beaucoup de mal pour le suggérer, Madame Campan n'a pas été un témoin incontournable de cette époque;


Un extrait

« Et l’objet de ces calomnies, disait à cette époque un noble écrivain qui semble porter encore dans les sentimens de l’amitié la chaleur éloquente dont s’animait sa piété filiale ; l’objet de ces calomnies est la sujette la plus fidèle, qui, pendant vingt-quatre ans, ne cessa d’être attachée à la famille royale de France : la lectrice et la première femme de l’infortunée reine, la confidente non moins intime de l’infortuné roi ; qui, pendant leur trop long martyre, a risqué bien plus que sa vie pour ses augustes maîtres ; n’a rien dit, n’a rien fait que par leurs ordres, mais a dit et fait tout ce qu’ils lui ont ordonné, quel qu’en fût le danger. L’objet de ces calomnies, c’est madame Campan, en faveur de qui Marie-Antoinette a écrit, en 1792, une disposition de volonté dernière extrêmement honorable pour le dévouement de la sujette et pour la bonté de la souveraine ; c’est madame Campan, à qui Louis XVI, en 1792, a confié les papiers les plus secrets, les plus périlleux ; pour qui Louis XVI, dans la cellule des Feuillans, le 10 août 1792, a détaché deux mèches de ses cheveux, lui en donnant une pour elle, une autre pour sa sœur, tandis que la reine, jetant alternativement ses bras autour de leur cou, leur disait : Malheureuses femmes, vous ne l’êtes qu’à cause de moi : je le suis plus que vous ! »
Revenir en haut Aller en bas
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4118
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Mémoires de Madame Campan ( XVIIIème - Début XIXème)    Dim 20 Mar 2016, 15:46

Punaise, cette couverture !!! Very Happy Very Happy Very Happy  Je suis admirative ! Elle a une meringue taille XXL sur la tête, non ? Sans plaisanter, vu ce que tu en dis, je pense que ce livre va continuer à prendre la poussière sur mes étagères !

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
Adélaïde
Randonneur professionnel
Randonneur professionnel
avatar

Féminin Vierge
Messages : 729
Localisation : Sud Ouest
Date de naissance : 26/08/1952
Âge : 64
Emploi : prof
Date d'inscription : 23/02/2016

MessageSujet: Re: Mémoires de Madame Campan ( XVIIIème - Début XIXème)    Dim 20 Mar 2016, 16:32

Laughing En fait, j'ai téléchargé une couverture avec le portrait le plus connu; mon édition est ancienne, je l'ai eue sur Gallica;
Effectivement, je m'attendais à un portrait plus original et bien mieux renseigné du couple Royal; de plus, même sans aller chercher à "décoder" j'ai ressenti à la lecture une écriture figée et oui ? subtilement critique, à l'égard des deux Rois et de la Reine;
Je n'irai pas jusqu'à dire que Mme Campan donne des arguments au parti adverse, mais, comment dire ? Elle suggère, d'abord qu'elle a été LA confidente, LE recours de Louis XVI et M-A durant les débuts des évènements; Or, c'est faux; elle était absente, par exemple lors de la fuite à Montmédy, et encore absente lors des journées du 5 et 6 Octobre; de plus, j'ai l'impression ( c'est une impression) qu'elle tente après coup de s'immiscer dans l'entourage le plus proche; comme si elle en était jalouse à postériori; on a eu dit que Louis XVI et M-A l'avaient désignée comme peu sûre auprès de certains; lorsqu'ils sont emprisonnés, le révolutionnaire Pétion refuse à plusieurs reprises de la placer au Temple auprès de Marie-Antoinette; pourquoi ? celle-ci l'aurait-elle refusée ?
Donc, si sa soeur, ( qui se suicide au moment d'être faite prisonnière) a été une vraie fidèle ( on l'appelait "la lionne") Mme Campan est plus ???? "rusée" disons; et ne tarde pas à "retourner sa veste" et à ouvrir un pensionnat pour jeunes filles avec l'autorisation de Bonaparte;
Donc au final, un personnage surévalué, et qu'il est prudent de juger avec lucidité;
J'ai téléchargé les Mémoires de Mme de Tourzel, qui elle, est "fiable";
Revenir en haut Aller en bas
Lydia
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 4118
Localisation : Dans les manuscrits
Emploi : Intéressant et prenant
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Mémoires de Madame Campan ( XVIIIème - Début XIXème)    Dim 20 Mar 2016, 16:41

Je note pour Mme de Tourzel !

_____________
"Je ne risque rien, les ruines, c'est indestructible !" (inspiré Des Diaboliques).
Revenir en haut Aller en bas
https://promenadesculturelles2.wordpress.com
 
Mémoires de Madame Campan ( XVIIIème - Début XIXème)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Promenades Culturelles :: PROMENADES LITTERAIRES :: Nouvelles, Autobiographies, Biographies, Essais, Journaux, Témoignages et autres-
Sauter vers: